Berry, Touraine, Centre, châteaux de la Loire *, - Bourges

Bourges : le moulin de la Chappe nous dévoile sa roue à aubes

Le Moulin de la Chappe est implanté sur la rivière l’Auron, à Bourges (Cher). Les premières traces de son existence, relatives aux archives départementales, remontent en 1250. Sous le moulin, on peut apercevoir une première date : 1441. En 1776, Monsieur Philippe Dardeau, maçon, pose une nouvelle pierre.

En 1845, c’est Monsieur François Legueret, alors propriétaire des lieux, qui pose une nouvelle pierre. Une photo, datant de 1910, est retrouvée dans le Moulin de Monsieur Auguste Delahaut. C’est en 1937 que Monsieur Elie Grosbois achète le Moulin. Il est ensuite exploité par ses deux fils, René et Jean-Claude. Xavier Grosbois, actuel propriétaire de la meunerie, est son petit-fils.

(…) (source : site Locavore Sologne/moulin de la chappe)


La roue à aubes du moulin de Chappe est désormais visible de tous sur les boulevards de Bourges ( article le-berry.fr du 31 Octobre 2020)

Bourges, le 12 Mai 2022


A noter que les 25 et 26 Juin auront lieu les journées du patrimoine de pays et des moulins. Le programme à ce jour ne mentionne pas, pour Bourges, le moulin de la Chappe (*), mais celui de la Grange, 235 Route de Nevers.

(*) le moulin de la Chappe a déjà participé à ces JPPM (lire article le-berry.fr du 20 Juin 2016 : Le moulin de la Chappe, sur l’Auron, a ouvert ses portes au public hier)

Architecture, Arès, BASSIN D'ARCACHON

Javal façon Christo : faites lui un triomphe !

La tour d’Arès, construite en 1840 par Louis-David Allègre, l’inventeur du chalutage à vapeur, alors propriétaire du Château d’Arès, était en fait un moulin à vent parmi d’autres. Lorsque le chemin de fer permet l’approvisionnement en farine, ces moulins disparaissent. En 1882, celui-ci est désaffecté et transformé en pseudo tour de défense par Émile Borduron (régisseur du domaine des Wallerstein), avec l’accord de la châtelaine, veuve de Léopold Javal qui avait acquis le château en 1847. La tour, restaurée en 1975 par la municipalité, abrite actuellement un transformateur. 

+ d’infos

(source : https://ville-ares.fr/patrimoine-communal/)


Des travaux sont en cours. Echafaudages, toiles tendues… comme un air d’Arc de Triomphe en cours d’empaquetage par Christo !

Tour d’Arès (moulin dit Javal) – ce 30 Septembre 2021

Médoc

Moulin de Vensac, en coup de vent !

Ce moulin de la fin du XVIIIème siècle, a été déplacé sur le site actuel en 1858. Il cesse son activité en 1939 et reprend vie en 1982, avec ses équipements d‘origine : courroie à godets, engrenages, vis sans fin, blute, moteur auxiliaire, rouet, meules. Monsieur Piquemal, authentique meunier, manœuvre le moulin de ses ancêtres, pour le bonheur de tous.

(source : Gironde-tourisme)


En 2017, le moulin à vent de Vensac a retrouvé ses ailes :

Reportage, blog Trésors et pépites de FR3-régions

Article de la FDMF (Fédération des Moulins de France)


Une courte halte improvisée autour du moulin, au retour de Soulac

(pour la visite, je vous renvoie aux différents liens ci-dessus et au site officiel du moulin)

Moulin à vent de Vensac (1858) – le 14 Septembre 2021


Site du moulin de Vensac :

Architecture, Poitou Charente Vendée *

Autour de l’ancienne papeterie (N&B)

Saint-Séverin a une longue tradition de moulins à papier, situés sur la Lizonne :

  • moulin de la Barde, quelques vestiges du XVIIe siècle
  • moulin de l’Épine, moulin à papier construit en 1838, puis scierie à partir de 1987
  • moulin du Petit-Marchais, construit en 1837 sur un ancien moulin du XVIe siècle.

Article connexe : Papeterie en Angoumois.

Au début du XXe siècle, l’industrie était représentée par les papeteries du Marchais (Chauveau et frères) et l’Épine (M.Daguerre), et l’exploitation des tourbières.

(…) (source Wikipédia – Saint-Séverin)

Saint Séverin, Charente (16) – le 8 Mai 2021

- Route des vins du Médoc, Médoc

Sur les terres du vigneron et du meunier !

Le 1er Avril dernier, à la recherche – comme je l’ai déjà raconté – d’une boulangerie autour de Pauillac, j’ai pris conscience que le vin et le Boursin ne sont rien sans le pain, et compris qu’il ait fallu parfois, dans des temps anciens, choisir entre soif et faim, vigne et blé !

Lors de la famine de 1566, Charles IX ordonne l’arrachage des vignobles en France pour semer du blé. Cet édit fut annulé sous le règne de Henri III, le roi recommandant alors aux gouverneurs de ses provinces de contrôler que « les labours n’ont pas été négligés dans leurs circonscriptions en faveur d’une culture excessive de la vigne » (source Wikipédia)

Visiblement, le point d’équilibre est trouvé, on n’arrache plus la vigne dans le Médoc ! Mais de nombreux moulins ont perdu leurs ailes, et leurs meuniers se sont endormis à jamais…

😉

 

Vignoble et ancien moulin à Lamarque – le 19 Janvier 2021

ooOoo

Non loin de là : encore de la vigne et un moulin qui a retrouvé son toit et ses ailes !

le château et le moulin rose de Malescasse

(clic sur vignettes pour (re)voir séries complètes)