Changement de cadre…

… eh oui, on quitte le Médoc !

BLOG-DSC_44855-cadre et appui de fenêtreBordeaux-Bastide, ce mardi matin

 

Fausse note à Soulac !

 

Le Centre-ville de Soulac (« ville aux 500 villas » ) a dans l’ensemble bien résisté au bétonnage disgracieux. Une ou deux fausses-notes tout de même… mais un son « rock » pour rompre la monotonie des dernières séries de photos !!

😉

BLOG-DSC_44782-tags pilier et mur Soulac blog-dsc_44783-immeuble-bio-market-soulac.jpg blog-dsc_44781-2-platform-workshop-gallery-soulac.jpg

Centre-ville de Soulac, le 9 Septembre 2018

 

Les villas de Soulac, passionnément !

(Galerie 30 photos)

Soulac-sur-Mer, qu’on nomme « la ville aux 500 villas », a su conserver un cachet Belle Epoque qui en fait tout le charme et a d’ailleurs conduit à célébrer les années 1900 à travers un festival de rue (Soulac 1900 – voir vidéo) chaque 1er week-end de juin, depuis 15 ans !

Afin de préserver et mettre en valeur son architecture balnéaire, un très large périmètre a été classé, en 2002, « Zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager » (ZPPAUP).

___

La majorité des constructions datent de la 2e moitié du 19e siècle et du 20e siècle. Toutefois, une ferme située à proximité de l’église de Jeune-Soulac date peut-être de la 2e moitié du 18e siècle.

Olivier Lescorce propose trois principales périodes de datation pour les villas de Soulac :

-1860-1885 : premières villas, souvent disséminées, peu nombreuses, élevées en bord de mer ou à proximité de la rue de la plage (Marcellus, Flore, Brise du Soir, Aimée, Sapho).

-1885-1914 : villas groupées par quartier ou par rue, souvent plus modestes dans leurs proportions mais riches dans leur décoration, implantées majoritairement au nord de la rue Trouche (Solitude, l’Ermitage, Médulienne, la Rafale, Balsamique, Clémence Isaure…).

-1914-1930 : villas édifiées souvent par des entrepreneurs locaux, dans les quartiers nord, le plus souvent autour de la rue Barriquand (Colette, Ginevra, Mar y Selva, Acacia, Le tango, Brin de Mousse, Morphée).

(source Dossier inventaire du patrimoine d’Aquitaine – lire la suite)
 

ooOoo

 

Promenade dominicale, non loin de la rue piétonne et du front de mer. Autant dire une infime partie de la ville. Un ratissage méthodique serait à envisager… en trottinette ou gyropode !!

 
BLOG-DSC_44795-passiflore grille villa SoulacBLOG-DSC_44735-villa Paquerette Soulac

BLOG-DSC_44741-villa Marcellus SoulacBLOG-DSC_44769-villa Soulac

Soulac, le 9 Septembre 2018

 

ooOoo

 

Visiter « la ville aux 500 villas »

livret parcours-villas-soulacaises

Feuilleter le guide

 

Centre-ville de Soulac, un dimanche matin

  

Soulac-sur-Mer est une commune du Sud-Ouest de la France, dans le département de la Gironde, en région Nouvelle-Aquitaine.

Partie intégrante de l’ancienne province de Guyenne (nord de la Gascogne), dans la partie septentrionale de la péninsule du Médoc, elle s’inscrit dans le périmètre des Landes de Gascogne, de la forêt des Landes, et dans le prolongement de la pointe de Grave. Ses habitants sont appelés les Soulacais.

Troisième ville du canton du Nord-Médoc derrière Lesparre-Médoc et Pauillac, forte de 2 523 habitants (en 2013), elle est une station balnéaire et climatique, bénéficiant de la présence sur son territoire d’une vaste pinède, de quatre plages de sable fin donnant toutes sur l’océan Atlantique, d’un casino et d’infrastructures touristiques et commerciales. Elle n’est distante que de 12 kilomètres de Royan, que l’on peut rejoindre toute l’année par un service de bacs, et se situe à 86 kilomètres au nord-ouest de Bordeaux. En plus de ses fonctions touristiques, Soulac est un petit pôle commercial et de services exerçant son influence sur les communes avoisinantes (supermarchés, zone d’activité, etc.) ; la ville possède en outre un petit port ostréicole, le port de Neyran.

Important port sur la Gironde au Moyen Âge, la cité est alors une étape sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle, où de nombreux pèlerins font étape dans la basilique Notre-Dame, avant de poursuivre par le chemin de Soulac. À la fin de la guerre de Cent Ans, l’armée de secours envoyée par le roi d’Angleterre, duc d’Aquitaine Henri VI et commandée par John Talbot y débarque.

Progressivement envahie par les dunes, la cité entre dans une période de déclin dont elle ne sort qu’au XIXe siècle, du fait de la mode des bains de mer, dont on a découvert les vertus curatrices, de même que l’influence bénéfique des émanations des pins, notamment sur les maladies respiratoires. Villas balnéaires et immeubles bourgeois, mais relativement modestes, émergent des dunes, formant l’embryon de la ville actuelle, qui prend son plein essor en 1874, avec l’arrivée de la ligne du Médoc.

Pouvant être rattachée aussi bien à la côte d’Argent qu’à la côte de Beauté, Soulac est fréquentée chaque été par près de 30 000 estivants.

(source Wikipédia – lire la suite)
  

ooOoo

  

Après les joies de la plage en Juillet dernier, quelques moments de flânerie sur le front de mer  le premier soir de ce week-end, il était grand temps de découvrir la ville et tout le charme de son architecture. Quelques pas dans le centre, pour commencer :

Rue piétonne, marché, basilique, mairie de Soulac
Dimanche 9 Septembre 2018

 

ooOoo

 

En savoir + sur l’histoire et le patrimoine de Soulac :
Dossier inventaire du patrimoine d’Aquitaine

  

ooOoo

 

A suivre :
Basilique Notre-Dame de la fin des Terres
Les villas soulacaises
Le front de mer

 

Port-Bloc : les bacs et les phares

 

Tout a une fin et j’ai eu du mal à boucler le chapitre consacré à cette superbe journée à Royan. Du mal car beaucoup trop de photos dans l’euphorie de l’instant et aussi (et surtout !) l’envie de prolonger un peu le week-end… (tout ceci expliquant mes silences-radio de ces deux dernières semaines)

Port d’attache du jour : Port-Bloc, l’un des 3 ports (*) du Verdon-sur-Mer, le plus en aval de l’estuaire, où se situent le phare de la pointe de Grave et l’embarcadère des bacs assurant la liaison avec Royan : la Gironde et l’Estuaire.

(*)  Port-Bloc, Port-Médoc, vieux port ostréicole (dit « port aux huîtres »), auxquels s’ajoute le Terminal du porte-conteneur du Grand port maritime de Bordeaux 

 

BLOG-P9083515-phare et quai port Bloc le Verdon pointe de Grave

BLOG-DSC_44661-62-bacs l'Estuaire et la Gironde port Bloc le VerdonBLOG-DSC_44670-port Bloc le VerdonPort-Bloc, au départ et au retour du port de Royan
le 8 Septembre 2018

 

Royan, station balnéaire…

 

Promenade le long de la plage de la Granche Conche, sur le boulevard Frédéric Garnier (maire de Royan de 1870 à 1905, qui fit de la ville une station balnéaire).

On y découvre un surprenant mélange d’architectures : des villas de la Belle époque, des maisons des années 50 ou des créations contemporaines.

 

BLOG-DSC_44562-Bd Garnier Royan PA06BLOG-DSC_44559-plage Royan face le Verdon PA06BLOG-DSC_44564-plage et église ND de Royan PA04BLOG-DSC_44580-581-Bd Garnier Royan PA04

BLOG-DSC_44597-99-Bd Garnier Royan PA04BLOG-DSC_44619-Bd Garnier Royan PA04BLOG-DSC_44626-Bd Garnier Royan PA04
Plage de la grande Conche entre Royan et St Georges de Didonne
et boulevard Frédéric Garnier
Le 8 Septembre 2018

 

ooOoo

 

Photos et assemblages « avec filtre » !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

ooOoo

 

Dossier et photos de l’Inventaire Général du Patrimoine Culturel de Nouvelle Aquitaine

 

« L’estuaire de la Gironde – ROYAN, le front de mer »

Royan-Inventaire Nouvelle Aquitaine

Feuilleter le dossier

 

ROYAN, images d’hier et d’aujourd’hui

ROYAN - Le tramway Decauville sur le boulevard Garnier vers 1900 (Musée de Royan)ROYAN - La plage et les villas de la Grande Conche

Voir toutes les photos

 

Eclairer la lanterne

 

BLOG-DSC_44630-ombre applique

Dépendance de l’hôtel de ville de Royan – le 8 Septembre 2018

A suivre :
les belles villas du front de mer et la plage de la grande conche…
avant de regagner le Verdon puis Soulac)