« Opération Nature » – Entre jardin et Bassin d’Arcachon

 

Jean-Claude de Spot Jardin m’a proposé de participer à l’ « Opération Nature » en écrivant un petit article sur ce thème.

J’ai failli y renoncer, n’ayant ni l’inspiration, ni une bonne connaissance de la Nature pour espérer pondre un article « sérieux ».

Et n’ayant pas non-plus les doigts verts, il sera très peu question de jardinage !

Juste quelques anecdotes dans le jardin. Puis, pour rester fidèle à l’esprit du blog, des photos du Bassin d’Arcachon et d’une Nature parfois menacée mais que j’aime observer, le plus souvent en solitaire,  pour recharger les accus et savourer quelques moments de liberté !

 

ooOoo

 

Un jardin « Nature » !

Les dernières plantations au potager remontent à une bonne dizaine d’années : des tomates noires de Crimée qu’on savourait aussitôt cueillies. Mais les arbres ont poussé, obligeant à se contenter de quelques pots de tomates-cerises, posés sur une brouette qu’on déplaçait avec le soleil… enfin, quand on y pensait ! Cette comédie n’a duré qu’un été !

image001

Le jardin « d’agrément », se compose surtout de plantes de terre de bruyère et ferait hurler amateurs de gazon anglais et maniaques du râteau ! En lisière de forêt et sous les chênes, on vit avec les feuilles mortes et le parfum d’humus ! Et la cueillette de cèpes à deux pas de la cuisine a mis fin à toute envie de retourner le terrain !

image003

image002

Voilà qui m’amène à parler de quelques visiteurs : par exemple deux écureuils, dont un friand de cèpes (et aussi de boules pour oiseaux).

On commençait à les apprivoiser à grands renforts de noisettes, quand le deuxième chat de la famille, nouvellement adopté, s’est mis en tête de les poursuivre. On ne les a plus revus.

image004image005

Il y a eu aussi le ballet parfaitement orchestré d’un couple de mésanges pour donner à tour de rôle la becquée, et aussi quelques frayeurs avec un oisillon un peu trop téméraire, qui nous avait obligé à installer un filet de sécurité sous le nichoir… juste au dessus du bassin à poissons rouges !

 

Plus récemment, en tout début d’automne, c’est une jeune femelle hérisson, croisée en pleine journée et porteuse d’une tique sous un œil que j’ai préféré amener au centre de soins de la LPO, à Audenge. Son comportement étant jugé anormal et la saison d’hibernation approchant, elle est restée se faire chouchouter au centre, avec d’autres congénères. Ils seront remis en liberté, en lieux sûrs, au printemps.

D’autres péripéties, « naturellement » dans le jardin ! Comme cette grive crâneuse, passant et repassant à deux mètres du vieux chat en pleine sieste.

Ou cette couleuvre d’eau semant la panique chez les poissons rouges, et ce poisson rouge encore frétillant, arraché in extrémis des griffes du même vieux chat… sous la table de la salle à manger !

Ou tous ces oiseaux et mulots que j’ai tenté x fois de secourir, parfois avec succès, mais que j’ai plus souvent retrouvés raides-morts devant la porte, tels des trophées de chasse.

Ou le passage des grues cendrées, un spectacle fascinant et plein de poésie. La transition est toute trouvée pour quitter le jardin et survoler à présent le Teich et le Bassin d’Arcachon !

 

ooOoo

 

La Nature « du côté du Teich »

Le Teich, « la ville Nature », est surtout connue pour sa réserve ornithologique mais offre bon nombre de sites où la Nature est préservée : les prés salés (ou plaines du Teich), le delta de la Leyre, la forêt ou le sentier du littoral.

Ce sentier où, il y a 25 ans, dans un moment d’euphorie, nez au vent iodé, sourire aux lèvres et yeux mi-clos, j’ai déclaré ne plus avoir envie de faire mes valises !!

 

         

Réserve ornithologique du Teich

 Rivages, sentier du littoral en bordure de Leyre, bassin de baignade et plaines du Teich

 

  

 

   

 

Faune et flore au Teich

 

ooOoo

 

Vivre sur le Bassin d’Arcachon, au plus près de la Nature

Heureuse donc de vivre au Teich, mais je ne cache pas que certains jours d’été, quand l’homo-touristus se fait un peu envahissant sur le Bassin, je n’aurais qu’une envie : fuir !…

La hantise de la foule y est beaucoup, je crois, dans ma recherche de coins de Nature ! Loin des plages-solariums, des effluves de crème solaire, des bruits de jet-skis, des embouteillages.

Ou alors hors saison, bercée par le seul bruit des vagues et partageant le territoire avec des oies bernache, venant en grand nombre pour hiverner, ou, comme à Noël dernier, avec 5 jeunes sangliers s’aventurant sur les prés salés de la Teste (non sans risques, hélas…puisque qu’ils seront tués,  140 – oui 140- chasseurs participaient à la battue) .

Cet accroissement de la population (vacanciers mais aussi résidents permanents) oblige à une plus grande vigilance vis-à-vis des nuisances et pollutions, pour assurer la cohabitation harmonieuse des divers usagers : professionnels de la mer (ostréiculteurs, pêcheurs), plaisanciers, chasseurs, promeneurs…

 

Ostréiculture, pêche, plaisance traditionnelle, sports nautiques, chasse …

 

La qualité des eaux est bien évidemment au cœur des préoccupations, avec notamment le contrôle du rejet en mer des effluents urbains et industriels des quatre stations d’épuration  du Bassin d’Arcachon au wharf de la Salie

Autres sujets : l’envasement du Bassin, le stockage des boues après dragage des ports et chenaux, le bruit (on sait que les huîtres sont sensibles aux ondes sonores !) 

A ceci s’ajoutent deux phénomènes naturels : l’érosion (particulièrement visible au Cap-Ferret et à la dune du Pilat) et le risque de submersion marine, que les adeptes de maisons « pieds dans l’eau » semblent vouloir minimiser…

La pointe du Cap-Ferret recule (800 mètres en moins de  50 ans), les blockhaus « glissent » dans l’océan, comme ceux d’Hortense quelques années auparavant.

Benoît Bartherotte, dont la propriété se situe dans le prolongement du quartier des 44 hectares, renforce inlassablement la digue qui s’étend jusqu’à la pointe.

Les effets de l’érosion sont visibles jusqu’à la conche du Mimbeau (en savoir + sur l’érosion au Cap-Ferret, les digues Bartherotte, des 44 hectares et Hortense)

La dune du Pilat est également soumise à ce phénomène, visible sur les versants littoral et forestier.

La forêt, menacée par une urbanisation galopante, n’a pas été épargnée ces dernières années par les tempêtes : celle du siècle (1999), Klaus (2009), Xynthia (2010)…

 

De nombreuses associations et organismes environnementaux interviennent sur le Bassin d’Arcachon, et la nouvelle réglementation, plus contraignante, provoque la colère de bien des plaisanciers, soucieux de préserver leurs libertés…

C’est le cas du nouveau décret de Mai 2017 « portant extension et modification » de la Réserve Naturelle Nationale du Banc d’Arguin (important lieu de nidification d’oiseaux protégés comme la sterne caugek, l’huitrier-pie ou le gravelot à collier interrompu), qui interdit notamment le mouillage de nuit et restreint l’exercice de la pêche.

Le Parc Naturel Marin (qui inclut le Banc d’Arguin) a été créé en 2014, pour « assurer la protection du Bassin tout en permettant le maintien ou le développement durable des activités économiques ».

Affichage plein format (carte de Mars 2014)

 

ooOoo

 

Le mot de la fin !

Si, chez moi, faute de jardinière chevronnée et ratissage méticuleux, Dame Nature reprend ses droits, elle est pas mal menacée sur le Bassin d’Arcachon. Un Bassin victime de son succès (effet « Petits mouchoirs » ?!) qui risquerait de perdre de son âme si on ne sait pas ralentir l’urbanisation et mieux contrôler certaines activités sources de nuisances et de pollutions.

La création du Parc Naturel Marin et la mobilisation de nombreuses associations sont porteuses d’espoir.

Quant à la foule estivale, elle fait doublement savourer le charme des lieux hors saison !!

Il serait d’ailleurs temps, avant la grande ruée, que je reprenne mes balades contemplatives et par la même occasion la mise à jour de ce blog…

Merci de votre visite
et pardon à Jean-Claude le jardinier
pour cette participation bien tardive
et ce très bref passage au potager !

 

(mise en page provisoire…avant transfert de la version Word)

 

 

Château Beychevelle, « le Versailles du Médoc »

(5 galeries-photos)

12 Février 2018. Nouvelle escapade improvisée dans le Médoc et en bordure d’estuaire, sur un domaine viticole prestigieux, classé quatrième grand cru : Beychevelle.

Qui dit improvisation dit, une fois encore (comme à Margaux, Malescasse ou Cos d’Estournel), une simple balade contemplative, sans guide !

Un peu d’histoire et une présentation du vignoble, tout de même !

.

De « Baysse voile » à Beychevelle

Le premier château a été construit en 1565 par l’évêque François de Foix-Candale.
Sa nièce en hérite et épouse Jean Louis de Nogaret de la Valette, premier duc d’Épernon, grand amiral de France et mignon du roi Henri III, et surtout gouverneur de Guyenne. Il devient alors propriétaire des lieux au début du XVIIe siècle. Son pouvoir dans la région était tel que les bateaux qui passaient devant le domaine devaient affaler les voiles en signe d’allégeance, donnant le nom au domaine de « Baisse voile », qui deviendra Beychevelle et donnera l’emblème du domaine. (nota : voir d’autres versions de la légende

Le château est réédifié en 1757 par le marquis de Brassier. La famille de Brassier, baron de Beychevelle, donnera ses premières lettres de marque au vin de Beychevelle au cours du XVIIIe siècle.
Viendra la dynastie de la famille Achille-Fould qui dès 1890, et sur trois générations avec notamment Aymar Achille-Fould, sera à l’origine du prestige de Beychevelle.
En 1986, à la mort de ce dernier, la GMF et Suntory rachètent l’ensemble du domaine à la famille Achille-Fould.

Restauré récemment dans son classicisme premier, Beychevelle est sans aucun doute d’un des plus beaux châteaux et parcs du bordelais. L’actuel propriétaire du château est le Groupe Castel à 50 % en partenariat avec le groupe japonais Suntory.

(…) (source Wikipédia)

.

Le vignoble, le vin

Les terres de Château Beychevelle s’étendent sur 250 hectares dont environ 90 plantés en vigne. Le reste est composé de prairies où pacagent des vaches limousines, de forêts de pins, peupliers, frênes et noyers.

Les vignes sont âgées de 30 ans en moyenne et plantées à fortes densités de 8300 à 10 000 pieds par hectare (…)

Le vignoble se compose des quatre cépages nobles médocains : 52 % Cabernet Sauvignon, 40 % Merlot, 5 % Cabernet Franc et de 3 % Petit Verdot. (…)

3 vins sont produits par Beychevelle :

.
Site officiel de Château Beychevelle :
http://beychevelle.com/accueil/ .

ooOoo

 

Le château

blog-dsc_42786-beychevelle.jpg blog-dsc_42780-beychevelle.jpg blog-dsc_42759-2-beychevelle.jpg

.
Les dépendances et anciens chais

blog-dsc_42827-beychevelle.jpg blog-dsc_42838-beychevelle.jpg

.
Le nouveau chai, inauguré il y a un an
(architecte Arnaud Boulain – BPM architectes) :

blog-dsc_42879-beychevelle.jpg blog-dsc_42848-beychevelle.jpg

.
Le parc en hiver

blog-dsc_42782-beychevelle.jpg

.
Le port de Beychevelle, sur l’estuaire

blog-dsc_42900-port-beychevelle.jpg

.

Dans les Abysses

.

Exposition d’art numérique « Digital Abysses »
de Miguel Chevalier

Du 9 Mars au 2 Mai 2018

 10 installations numériques monumentales et un cabinet de curiosités de plus 40 œuvres,
sur le thème de la faune et de la flore des fonds océaniques,
sur 3500 m², au sein de la base sous-marine.

.

blog-dsc_43583-digital-abysses-bdx-bacalan.jpgblog-dsc_43579-1-digital-abysses-miguel-chevalier-bdx-bacalan.jpg

blog-dsc_43644-2-digital-abysses-miguel-chevalier-bdx-bacalan.jpg

blog-dsc_43552-digital-abysses-miguel-chevalier-bdx-bacalan.jpgblog-dsc_43642-digital-abysses-miguel-chevalier-bdx-bacalan.jpg

blog-dsc_43625-digital-abysses-miguel-chevalier-bdx-bacalan.jpgblog-dsc_43646-digital-abysses-miguel-chevalier-bdx-bacalan.jpg blog-dsc_43651-digital-abysses-miguel-chevalier-bdx-bacalan.jpgBase sous-marine de Bordeaux-Bacalan – 16 Mars 2018

.
ooOoo

.
En savoir + sur l’exposition :

blog-dsc_43693-digital-abysses-miguel-chevalier-bdx-bacalan.jpg digital-abysses-miguel-chevalier-2018.jpg

.

ooOoo

.

Site de Miguel Chevalier :

http://www.miguel-chevalier.com/fr/digital-abysses

http://www.miguel-chevalier.com/fr/digital-abysses

http://www.miguel-chevalier.com/fr/digital-abysses

.

Bordeaux Métropole : autour de l’Arena de Floirac

.

(…) Située à Floirac, la nouvelle grande salle de spectacle de la métropole Bordelaise offre une capacité d’accueil pour tous types de spectacles et manifestations de 2 500 à 11 300 places maximum. La salle est principalement utilisée pour des concerts et des événements sportifs. Elle dispose de plusieurs espaces réceptifs dont 2 salons (Public et Privé) un restaurant ouvert sur le parvis, une coursive (au 2e étage) et de plusieurs points de restauration.

(…) L’inauguration officielle de la salle a lieu le 24 janvier 2018 avec un concert de Depeche Mode, dont les 11 000 places ont été vendues en quelques minutes. À l’issue de ce premier concert, les spectateurs saluent les prestations offertes par la salle, en comparaison en particulier de la patinoire de Mériadeck. L’architecte Rudy Ricciotti déplore cependant une sous-utilisation des possibilités acoustiques du bâtiment par l’ingénieur du son du groupe.

(…) Un parking attenant à la salle compte 962 places. C’est également  Rudy Ricciotti qui est chargé de sa réalisation. .

(source Wikipédia –  en savoir +)

.blog-p2211172-bordeaux-mc3a9tropole-arena-nb.jpgblog-p2211183-85-bordeaux-mc3a9tropole-arena-2-nb.jpg

blog-p2211176-bordeaux-mc3a9tropole-arena-nb.jpg

Bordeaux Métropole Arena, sa consigne et son parking – 21 Février 2018

.

ooOoo

.

Site officiel :https://www.bordeauxmetropolearena.com/fr/bordeaux-metropole-arena/

.

ooOoo

.

Début de la visite : la consigne

(voir série complète)

.

C’est la consigne…

.

… c’est là qu’on découvre l’Arena !

blog-p2211216-reflet-bordeaux-mc3a9tropole-arena.jpg blog-p2211217-reflet-bordeaux-mc3a9tropole-arena.jpg blog-p2211210-reflet-bordeaux-mc3a9tropole-arena.jpg blog-p2211206-reflet-bordeaux-mc3a9tropole-arena.jpg blog-p2211205-reflet-bordeaux-mc3a9tropole-arena.jpg blog-p2211211-reflet-bordeaux-mc3a9tropole-arena.jpg blog-p2211181-reflet-bordeaux-mc3a9tropole-arena.jpg blog-p2211175-reflet-parking-bordeaux-mc3a9tropole-arena.jpg blog-p2211176-bordeaux-mc3a9tropole-arena.jpg blog-p2211173-bordeaux-mc3a9tropole-arena.jpg blog-p2211180-2-reflet-bordeaux-mc3a9tropole-arena.jpgblog-p2211214-reflet-bordeaux-mc3a9tropole-arena.jpg

Consigne du Bordeaux Métropole Arena, à Floirac –  21 Février 2018

.

ooOoo

 

A suivre : l’Arena

(Voir série complète, en N&B)

.

Arès, quand le feu s’éteint…

(9 photos)

Samedi soir dernier, alors que sur le port d’Andernos, la neuvième édition de « Cabanes en fête » bat son plein, je préfère filer vers Arès, et savourer non pas des huîtres et tapas mais un moment de quiétude à la lumière du soir !

.

Port et rivages d’Arès, le 2 Décembre
.

Du petit port à la jetée d’Eyrac, dans le froid

..

Vendredi soir, nouvelle balade vivifiante sous un vent du nooord. Sous les caillebotis, la plage ! Au loin, d’un côté le port et sa nouvelle capitainerie, de l’autre le musée-Aquarium, le casino, la grande roue à la veille de sa mise en service et le manège de la jetée d’Eyrac.

Surplombant le tout, « Vue de rêve », une résidence qui signe de façon harmonieuse la « renaissance » de l’ancienne maternité et clinique.

.

blog-dsc_42562-rce-vue-de-rêve-et-banc.jpg

blog-dsc_42578-jetc3a9e-eyrac-arcachon.jpg blog-dsc_42565-plage-et-grande-roue-arcachon.jpg

Arcachon, du petit port à la jetée d’Eyrac – 1er Décembre

.