Natures mortes

Une orangeade au soleil

PAUSE !

Portraits et moments de vie

Feijoa et vieil album-photo

C’est l’histoire d’un feijoa qui me replonge dans de très vieux souvenirs !!…

🙂

Photos de famille, ce dimanche de fête des pères – 20 Juin 2021

Nature, faune et flore

Le feijoa : pas la joie, encore là, et bien las…

Petit état des lieux du jardin, après deux nuits de grêle cette semaine, dont une vraiment mémorable. Pas de gros dégâts, les fleurs annuelles avaient été mises à l’abri.

Quant au FEIJOA, son triste état n’a rien à voir avec la météo. Manifestement, il ne se plaît pas dans la forêt teichoise… et peut-être aussi en ma compagnie, malgré ma promesse de le remettre sur pieds !

Deux vues de sa descente aux enfers, entre 2019 et ce jour :

ooOoo

Feijoa – Revue horticole 1898

~

L’année de sa première floraison… et de tous mes espoirs :

.Le feijoa aussi se fait traiter de tous les noms !

… Un peu comme la joubarbe !
😛

.

« Le Feijoa, Goyave-ananas, Goyavier de Montevideo (Feijoa sellowiana, synonymes : Acca sellowiana, Orthostemon sellowianus), aussi appelé Goyavier du Brésil, est un arbuste fruitier de la famille des Myrtacées, originaire d’Amérique du Sud (Colombie, Uruguay, Brésil, Argentine, et Paraguay) et utilisable en haie. On le trouve également maintenant cultivé dans le sud de la Russie (région de Krasnodar, sud du Daghestan), dans le Caucase du sud (en Azerbaïdjan, en Abkhazie), ainsi qu’en Nouvelle-Zélande.

L’arbre à port buissonnant et à croissance lente les premières années peut atteindre 6 m de hauteur. Son tronc, de couleur rougeâtre, est couvert de plaques d’écorce claires.Le feuillage est coriace, persistant, opposé, simple, à revers blanc. Toutes les jeunes pousses sont recouvertes d’une sorte de duvet blanchâtre. La floraison a lieu en juin et juillet. Les fleurs sont superbes, blanches et rouges. Le feijoa peut très bien être cultivé à des fins ornementales. Les pétales de saveur fruitée, sucrée et acidulée sont comestibles et peuvent apporter une note exotique dans les salades.

Les fruits, appelés feijoas, goyaves ananas, goyaves du Brésil ou goyaves de Montevideo, ont la forme d’un kiwi vert et sans poils, avec une peau rugueuse verte qui le reste même à maturité. La pulpe est granuleuse à pépins avec un goût légèrement acidulé et un arôme délicieux rappelant l’ananas, la goyave et la fraise. La chair est riche en vitamine B et en vitamine C.

Le botaniste allemand Otto Karl Berg a nommé le Feijoa en hommage au naturaliste brésilien João da Silva Feijó. »

(source Wikipédia – lire la suite)

.

ooOoo

.

Pour la petite histoire, le feijoa fait un peu partie de mes (lointains !) souvenirs d’enfance puisqu’il y en avait un, en pleine terre et bien touffu, sous le balcon de ma chambre, au Maroc.

Celui-ci, acheté il y a une bonne dizaine d’années, végétait jusqu’à l’an dernier où je l’avais taillé et rempoté, et s’est ENFIN décidé à fleurir aujourd’hui !!  (tiens, voilà qui rappelle encore l’histoire de la joubarbe !…). J’espère que les fruits parviendront à maturité, car j’avoue n’en avoir jamais goûté.

.

BLOG-DSC_23110-fleur feijoa
BLOG-DSC_23123-fleurs feijoa
BLOG-DSC_23114-fleur feijoa 2
BLOG-DSC_23118-éclosion fleur feijoa
BLOG-DSC_23109-éclosion fleur feijoa
BLOG-DSC_23120-bouton feijoa

Eclosion des boutons de feijoa en moins de 24 heuresle 9 Juillet 2013

- Lacanau, MEDOC, Portraits et moments de vie, Sport

Flashback : ganivelles et surfeurs

Lacanau-Océan – le 13 Juin 2019

- Route des vins du Médoc, Architecture, MEDOC

Bouqueyran : le château reconstruit pierre par pierre

Construit vers 1850, transformé après 1862, avec l’ajout des deux tours, le château Bouqueyran a changé de propriétaires à de multiples reprises. Le domaine est géré depuis 1995 par Philippe Porcheron, qui l’a acquis en 2011.

source image : Artcurial, cuivre gravé


Source image : Gasconha.com
Source image : Twitter Domaines Porcheron (Janvier 2016)

Longtemps laissé à l’abandon, à l’état de ruine depuis la tempête de 1999, sa rénovation était difficilement réalisable.

Il a été démoli fin 2013 et reconstruit pierre par pierre sur le coteau d’en face

Source image : charpentes Champeau

(en savoir + : appellation Moulis, histoire du château, reconstruction)


De part et d’autre de la départementale :

Pressée d’arriver à Lamarque ou prise par le temps sur le chemin du retour, je ne m’étais jamais arrêtée à Bouqueyran. Et ces belles bâtisses m’intriguaient (j’ai ma réponse !…) tout comme l’ancien moulin (et l’arbre mort !)

Château Bouqueyran nouveau !

bâtisses autour du moulin :

Bouqueyran (Moulis-en-Médoc)le 10 Juin 2021

- Route des vins du Médoc, MEDOC

Bouqueyran : l’ancien moulin, la vigne et l’arbre mort

(…) Déjà à l’époque Antique, marquée par la polyculture sous forme de latifundia (grandes propriétés), la vigne était cultivée à Moulis puisque trois établissements gallo-romains y ont été reconnus. C’est de cette époque que date le fameux cépage biturica, ancêtre de notre cabernet et qui a laissé dans le langage populaire le terme de « biture » pour désigner l’ivresse !

Durant le Moyen Âge, le Médoc est un des greniers de Bordeaux ; la présence de nombreux moulins, pour moudre le grain, l’atteste. C’est du terme « moulin » que Moulis tire son nom : Molinis / Moulinis. Les vignobles existants appartenaient à des propriétaires féodaux et à la communauté religieuse dont l’église romane atteste l’importance.

(…) source Wikipédia – Moulis-en-Médoc

Bouqueyran (commune de Moulis-en-Médoc) – le 10 Juin 2021

ooOoo

A suivre :

Château Bouqueyran, reconstruit pierre par pierre sur le coteau d’en face

Nature, faune et flore

Coquelicot de l’estuaire

L’incontournable de la saison. Mais bien seul… Tant pis pour le grand « bokeh » tout rouge que j’aimerais tant « cueillir » à nouveau !

😉

Coquelicot et herbes folles au port de Saint-Julien – le 10 Juin 2021

2 - BASSIN D'ARCACHON, Agenda, actualité, manifestations diverses, GUJAN-MESTRAS

Pinamar expose à la cabane 244

« Dia de muertos en musica », « les danseuses » et « Expo » de PINAMAR, cabane 244

_________________________________

Ce samedi, PINAMAR (Georges Kohnen), jeune artiste peintre désireux de se consacrer à plein temps à sa passion, exposait à la cabane 244, sur le port de Larros.

Puisant son inspiration dans ses séjours en Amérique latine, son histoire personnelle, l’actualité, il nous offre des oeuvres colorées, originales, avec des jeux de superpositions (aux interprétations multiples !), sur des thèmes très divers et donc une large palette d’émotions.

Je vous invite à faire sa connaissance et découvrir son univers, via son site…

https://www.pinamar.fr/

… et sa page Instagram

https://www.instagram.com/couleurpinamar/

ooOoo

Un aperçu de l’exposition :

Au port de Larros, ce 12 Juin 2021

MEDOC

Flâner encore autour des carrelets

On l’aura compris, je résiste difficilement à l’appel de l’estuaire et de ses carrelets ! Et la route menant au port de Beychevelle étant fermée ce jour-là, j’aurai tout le loisir de m’attarder sur ce port de Saint-Julien (le revoir à marée basse, dans une lumière douce)

Port de Saint-Julien, autour du carrelet bleu le 10 Juin 2021

MEDOC

Le carrelet bleu, port de Saint-Julien

Une lumière et des couleurs bien différentes qu’une fois précédente, à marée basse

Port de Saint-Julien, sur l’estuaire de la Gironde

ooOoo

A suivre : les autres carrelets de Saint-Julien