BASSIN D'ARCACHON, Gujan-Mestras, Nature, faune et flore

Colimaçons, cabane rouge et grand bleu

Fonds de tiroirs colorés…

Port de Larros, Septembre 2021


Communiqué de presse de la préfète de Gironde – Incendies en cours en Gironde : point du 24 juillet 2022 à 21h00 – Le feu est FIXÉ depuis hier à la Teste-de-Buch, il reste CONTENU mais pas encore fixé à Landiras

La situation continue à s’améliorer sur le front des incendies même si le feu peut être toujours actif sur certains points.

Les températures supérieures à 35° aujourd’hui ont provoqué l’apparition de fumerolles et de départs de feu dans la zone brûlée qui ont été traitées par les 1200 sapeurs-pompiers et les moyens aériens toujours mobilisés sur le terrain. Ces phénomènes devraient diminuer demain avec la baisse annoncée des températures.

Audenge, BASSIN D'ARCACHON

Grand bleu sur les cabanes

Port d’Audenge, ce 12 Octobre 2021

Médoc, Ostréiculture

Talais, de mémoire d’ostréiculteurs…

Un peu d’histoire, pour commencer. Venant du Bassin d’Arcachon, il était grandement temps de consacrer un chapitre à l’ostréiculture sur l’estuaire, dans le Bas-Médoc

La pêche de l´huître plate est attestée dans l’estuaire dés l´Antiquité, puis au Moyen Âge, mais semble disparaître au 16e siècle. L’abbé Baurein y consacre un passage dans son ouvrage vers 1784-1786.

Des décrets sont mis en œuvre en 1852 et 1853 pour la pêche à pied et à la drague.

Ce n´est vraiment que dans la seconde moitié du 19e siècle que l´ostréiculture prend de l´ampleur avec l´arrivée de l´huître portugaise : en 1868, lors d´une tempête, le navire « Le Morlaisien », en provenance du Tage, transportant des cargaisons d´huîtres portugaises, aurait rejeté une partie des huîtres avariée au niveau du lieu-dit « La Fosse », situé entre Talais et Saint-Vivien-de-Médoc. Des gisements ont ainsi commencé à apparaître progressivement sur la rive gauche. A partir de 1875, les crassats (gisements naturels d’huîtres) ont été organisés en parcs et concessions, du chenal de Goulée jusqu´à Soulac. A Talais, quatre parcs à huîtres sont établis en 1881 sur le crassat du Cheysin, puis agrandis en 1883. Cette même année, la production atteint son apogée avec 62 millions d´huîtres pour l’ensemble des communes du Bas-Médoc. Un extrait des registres de délibérations de la commune de Talais de l´année 1922 (voir en annexe) montre l´ampleur du phénomène ; des cartes postales montrent notamment l´effervescence qui règne alors dans les petits ports du Bas-Médoc. L´activité ostréicole diminue progressivement à partir des années 1970, à la suite de virus et à la pollution cadmium des eaux estuariennes (en provenance d´anciennes mines de l´Aveyron). Le projet de développement de l´avant-port du Verdon et l´envasement de l´estran contribuent également à la disparition de l’ostréiculture ; les parcs sont expropriés afin de permettre la réalisation des bassins portuaires. A Talais, l´activité ostréicole a été relancée avec succès dans les années 2010. (…)

en savoir + : dossier inventaire Aquitaine – exploitation ostréicole

oOo

Le port de Talais

Carte postale de Talais (collection particulière), 2ème moitié du 20e siècle

(…) le port est établi en 1858 sur le chenal de Talais au niveau dela Passe Castillonnaise. L’activité du port est essentiellement tournée vers la pêche de l’huître qui débute autour de 1880.Des travaux sont effectués en 1890. Le port est détruit pendant la Seconde Guerre mondiale. La commune procède alorsà un réaménagement total du lieu en reconstruisant notamment les cabanes. Toutefois, le port de Talais est abandonnéprogressivement à partir de 1950, condamné par l’arrêt définitif de l’activité ostréicole dans les années 1970. L’élevage ostréicole dans le port connait une renaissance dans les années 2010. (…)

en savoir + : dossier inventaire Aquitaine complet sur le port de Talais

ooOoo

On passe maintenant en mode « tourisme » (voir le dépliant sur Talais) , avec des images-souvenirs d’une vraie journée de vacances !

Port de Talais, le 27 Mai 2021

Arès, BASSIN D'ARCACHON

Port d’Arès, fin Mars, 28 °C

En ce 1er Mai, j’arrive un peu tard pour le traditionnel brin de muguet. Je vous propose plutôt une balade quasi estivale. Souvenez vous, c’était fin Mars !

Port d’Arès, Le 30 Mars 2021

Arès, BASSIN D'ARCACHON, Nature, faune et flore

Cagouille ? Non, caragouille !!

Pas de recette savoureuse de cagouilles (à la charentaise) ! On jettera pour cela un oeil aux carnets de Julie ou aux très nombreux sites de cuisine !

Mais croisant souvent ces escargots qui colonisent des herbes folles ou des cabanes en bordure du Bassin, j’ai simplement voulu connaître leur p’tit nom : il s’agit probablement de Caragouilles rosées (Theba pisana) ! Enchantée !

« La caragouille rosée est très remarquable du fait de ses regroupements dans la végétation basse des zones littorales ». (voir le Mini-guide d’identification des escargots et des limaces de l’Opération Escargots – page 18)

Grand bleu, 28 °C, sur le port d’Arès, le 30 Mars 2021