- Banc d'Arguin, - Cap-Ferret, - Pyla sur Mer, BASSIN D'ARCACHON, La Teste-de-Buch, Presqu'île Lège Cap-Ferret

Si le Banc d’Arguin nous était conté !…

photos d’archive : Banc d’Arguin vu depuis la dune du Pilat, et sterne caugek

La réserve naturelle nationale du banc d’Arguin (RNN5) est située en Nouvelle-Aquitaine (Gironde, La Teste de Buch). Classée en 1972 et occupant une surface de 4 360 ha, elle protège l’ensemble du banc de sable visible au large de l’entrée du bassin d’Arcachon qui sert de zone de nidification, d’hivernage et de halte migratoire pour de nombreuses espèces d’oiseaux, dont en particulier la sterne caugek.

Personne n’est vraiment sûr de l’origine de ce nom. Il est utilisé pour la première fois en 1835 pour désigner ce banc dans le bassin d’Arcachon. L’ingénieur hydrographe Paul Monnier (1796-1843) utilisa ce nom sur une carte maritime de ce bassin après le naufrage de la frégate française La Méduse survenu en juillet 1816 sur le banc homonyme en Mauritanie

(…) source Wikipédia


Au fil de la matinée et de la balade contée sur le Banc d’Arguin

Mercredi 19 Avril 2023

Des oiseaux et de Paul Monnier il aura été évidemment question ce matin là, lors d’une balade à deux facettes (*) :

  • la découverte et l’observation du site avec une guide naturaliste de la SEPANSO,
  • des récits et légendes par la conteuse Myriam Darmante (que nous avions découverte à la cabane 244, pour ses contes des 3 horizons et ses gourmandises).

(*) Entre contes et réalité : les tracas des cormorans, les maladresses des gravelots à collier mais aussi leurs ruses pour protéger leurs nids des prédateurs, la rencontre entre Paul Monnier et un pêcheur sur les traces de sa mère selkie, le naufrage de la Méduse et le sable de Mauritanie, le caquilier (roquette de mer), les diverses colonies d’oiseaux, la proximité humaine et le respect de la règlementation…

ci-contre (à fond de zoom !) : un couple de huîtriers pies

Corniche et plage de la dune du Pilat, avant d’embarquer :

Sur le banc d’Arguin :

Un grand MERCI à nos deux accompagnatrices

pour nous avoir permis de mieux ouvrir les yeux sur ce lieu enchanteur et de laisser vagabonder nos pensées au pays des contes…


Page Facebook de la Réserve Naturelle Nationale du Banc d’Arguin

Présentation du Banc d’Arguin

(Historique, formation géologique, règlementation, faune et flore)

Site de la SEPANSO (Société pour l’étude, la protection et l’aménagement de la nature dans le Sud-Ouest)

- Bordeaux, Bordeaux-Métropole, Nature, faune et flore

La réserve écologique des Barails, aux portes de Bordeaux… et du Matmut Atlantique !

(PRESENTATION GENERALE ET TOUTES LES GALERIES-PHOTOS)

J’avais découvert la réserve des Barails un jour d’hiver 2020, où fuyant l’agitation des centres commerciaux de Bordeaux-Lac et me rendant dans le Médoc, j’étais passée devant l’entrée du bois.

Cet automne, c’est en évoquant « le petit jardin de Casablanca », qu’un fidèle lecteur du blog (fuyant, lui, le Matmut voisin !), m’a vraiment donné envie de m’y balader.

Après trois premiers billets de zelliges de Fès et de magnolias, voici enfin une présentation des lieux puis toutes les images du parcours de cet après-midi là, sur la seule moitié Est.

Inutile de dire qu’il me faudra y retourner, une journée plus ensoleillée, à la saison des roses, pivoines et feuilles de vigne et en prévoyant le double de temps pour explorer la partie Ouest de la réserve, avec son bois, ses étangs et leurs îles, la roselière…


La réserve écologique des Barails

« Le barail » caractérise un paysage cultivé de prairies humides bocagères. Il constitue, avec le parc floral et le bois, l’un des trois aspects de cette réserve écologique de Bordeaux.

source : https://www.bordeaux.fr/l853/reserve-ecologique-des-barails

Située au nord de Bordeaux, la réserve écologique des Barails, espace vert de 156 hectares (le plus grand de la ville de Bordeaux), inaugurée en octobre 2018, regroupe désormais le parc floral, le bois de Bordeaux et les zones humides environnantes.

Parc floral

Conçu en 1992, à l’occasion des premières « Floralies internationales de Bordeaux », ce parc floral est un espace vert de 33 hectares créé artificiellement autour d’un plan d’eau lui-même artificiel qui s’étend sur 33 hectares au nord de Bordeaux, entre le stade Matmut-Atlantique et le golf de Bordeaux-Lac.

Floralies internationales de Bordeaux 1992 –affiche Robert Combas – source mutualart.com

On y trouve notamment :

Un torrent de 250 mètres de long

Des jardins aménagés autour d’objets offerts par 11 villes jumelles de Bordeaux : terrasses et oliviers pour Ashdod, jardin mauresque, mosaïques et mosquée Hassan-II miniature pour Casablanca, jardin japonais pour Fukuoka, à l’anglaise pour Bristol, à l’américaine pour Los Angeles, pagode pour Wuhan, et d’autres pour MadridQuébecMunichPorto et Lima.

L’un des plus beaux jardins de pivoines du sud de la France avec 65 variétés différentes, ainsi que 180 espèces d’iris et 150 variétés de rhododendrons.

Un arboretum avec de nombreux magnolias.

Une roseraie de 5 000 m2

Des jardins de terre de Bruyère, d’azalées, de camélias.

Des exemplaires de toutes les variétés de vignes

Bois de BordeauxPrairies, zones humides et corridors écologiques

Le Bois de Bordeaux fut créé par décision municipale en 1974, dans le cadre de « l’opération 100 000 arbres ». Il prend place sur des terrains remblayés lors du creusement du lac de Bordeaux. Inauguré en 1975, il offre 87 hectares boisés (forêt artificielle) et plus de 50 hectares de prairies et d’étangs, officiellement inscrits dans le domaine des espaces verts publics de la ville. Le travail paysager est particulièrement soigné, avec la formation de quelques buttes et la plantation d’essences adaptées au site (…)

Les prairies sont pâturées par les vaches de race bordelaise.
Les zones humides sont, avec les prairies, les milieux les plus typiques de l’environnement local de la vallée des Jalles. Les corridors écologiques permettent de relier l’ensemble de ces milieux et d’y accueillir une faune et une flore spécifiques. (…)

sources : Wikipédia, Bordeaux Tourisme et Bordeaux.fr

Un peu de lecture (et de compagnie !) le long du parcours :


Au fil de la balade du 27 Février 2023 (partie Est de la réserve)

Le jardin des villes jumelles

Fukuoka :

Munich :

Casablanca (revoir séries complètes) : la fontaine et tout le jardin casablancais

Autres villes jumelles : Québec, Madrid, Porto…

Wuhan :

Les magnolias (revoir série complète)

Le torrent

Du torrent au plan d’eau de l’ilet fleuri (avec vue sur le Matmut !)

D’autres floraisons

Une autre vue sur le Matmut et les prairies, en se dirigeant vers la sortie Nord

Le labyrinthe (avant la saison des pivoines !) et le rouge-gorge

A SUIVRE… DES QUE POSSIBLE !

- La Teste de Buch (ports et ville), BASSIN D'ARCACHON, La Teste-de-Buch, Nature, faune et flore

Atterrir sur le port !

Sur les traces d’une bergeronnette, le long du quai

Port de la Teste – 8 Février 2023

Audenge, BASSIN D'ARCACHON, Nature, faune et flore

Le long du port, au pas de l’aigrette !

Nous avons sympathisé et fait un bout de chemin ensemble !

😉

Audenge, ce vendredi soir

Nature, faune et flore

Le lac des cygnes

Derniers roupillons et coquetteries, les ballerines vont bientôt entrer en scène !

Cygnes sur le lac de Lacanau – Octobre 2022

Audenge, BASSIN D'ARCACHON, Nature, faune et flore

Plaisancière heureuse et même rieuse…

Port d’Audenge, le 20 Septembre 2022

BASSIN D'ARCACHON, Biganos, Nature, faune et flore

Les pins et leur penchant pour le lac vert !

Je suis passée durant 30 ans devant le lac vert de Biganos, sans m’y être arrêtée une seule fois. La faute à un environnement pas très flatteur sur l’axe le plus passant : entrepôts, matériels de construction… Pas pour rien qu’on l’appelle aussi « l’étang Delcampo », du nom d’une de ces entreprises !

Il m’aura fallu un contrôle technique juste en face et donc une petite heure à tuer pour enfin le découvrir.

Coin de pêche prisé semble-t-il, je laisse « Géocarp » vous présenter le parcours de nuit, et « le brochet boïen » vous en dire davantage sur les étangs et biefs de son fief !

source image : https://www.geocarp.com/item/etang-vert-delcampo/


Une agréable balade sous les pins, parmi les libellules, les canards, une petite tortue de Floride et les pêcheurs !

Lac vert de Biganos – le 27 Juillet 2022

- Parc ornithologique du Teich, - Un peu partout au Teich, BASSIN D'ARCACHON, Le Teich, Nature, faune et flore

Les hauts roseaux, la cabane et les foulques

Suite de ma rétrospective hivernale…

Balade de fin d’après-midi sur le sentier du littoral du Teich. Les roseaux en bordure de l’Eyre masquent la cabane de d’île Boucolle et je rebrousserai chemin avant d’atteindre les berges où sont amarrées quelques barques. De l’autre côté, sur la réserve ornithologique, des foulques défilent !

Sentier du littoral, le Teich – 24 Janvier 2022


Des nouvelles rassurantes sur le front des incendies, un léger regain d’optimisme et des températures plus clémentes devraient m’inciter à reprendre balades et photos. Y compris sur le Bassin que j’avais tendance à fuir l’été, mais que le départ de certains vacanciers a (tristement) rendu plus fréquentable !

Communiqué de presse de la préfète de Gironde – Incendies en cours en Gironde : point du 23 juillet 2022 à 17h00 – Le feu est FIXÉ à la Teste-de-Buch

- Port-Maguide, Ispe, Navarrosse, Landes

Navarrosse en hiver : sur un bras du Canal du littoral des Landes

Aucun lien avec ce qui va suivre (même si Biscarrosse n’est pas très loin de la Teste), mais je tiens à évoquer comme ces derniers jours, la triste actualité de ce long week-end du 14 Juillet : feux de forêt « hors-normes » (selon le directeur du SDIS 33), évacuations des campings et villages menacés par les flammes ou envahis par les fumées, canicule…

Voir le dossier Sud-Ouest : Incendies en Gironde


Sur une note plus légère et faute de nouvelles balades, j’ai retrouvé quelques images du mois de Janvier, du côté des Landes, sur le lac de Cazaux-Sanguinet, à Navarrosse (commune de Biscarrosse). Couvrez-vous chaudement, savourez la fraîcheur et surtout le calme des lieux hors-saison !


Le 27 Janvier 2022 – J’aime ces endroits à deux pas de ceux qui nous sont familiers, et qu’on a la très agréable surprise de découvrir un jour par hasard.

C’est ainsi qu’à Navarrosse – où le Canal du littoral des Landes relie le petit étang de Biscarrosse au lac de Sanguinet-Cazaux – une passerelle mène à un bras pittoresque et un chemin où il fait bon flâner.

4°C au plus chaud de l’après-midi et une fois la brume dissipée. Juste quelques cormorans et promeneurs croisés au fil de la balade :

Chemin de Navarrosse, du Canal du littoral des Landes au Port Navarrosse – Biscarrosse (40)

- Bourges, Berry, Touraine, Centre, châteaux de la Loire *

Bourges : le merle et la Halle au blé

La Halle au blé est un élément caractéristique de l’économie urbaine au XIXe siècle. Elle est construite en 1836 à l’emplacement du couvent des Cordeliers, désaffecté depuis 1791, et à proximité du marché au grain de la place de la Nation. L’emplacement avait été choisi, entre autres, pour sa proximité avec l’Auron, qui était en partie navigable, et surtout du Canal de Berry. La Halle au Blé est à l’origine destinée au stockage et au commerce contrôlé et réglementé du blé (…)

Réaménagée à la fin du XIXe siècle, elle devient un lieu d’expositions et de manifestations diverses, tel à l’automne 1976 « la Halle en fête », un mini festival organisé par les créateurs du  Printemps de Bourges.
Elle accueille aujourd’hui le marché du samedi matin.

Cet ensemble architectural est inscrit à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1984.

D’importants travaux de réhabilitation ont été réalisés de 2013 à 2015.

(Source : site officiel ville de Bourges / halle au blé)

Halle au blé de Bourges (1836) – le 12 Mai 2022


L’avis du Petit Futé sur le marché du samedi matin à la Halle au blé :

capture d’écran site Le Petit Futé

- Bourges, Berry, Touraine, Centre, châteaux de la Loire *

Bourges : église Saint-Pierre le Guillard

Après la cathédrale Saint-Étienne, Saint-Pierre-le-Guillard est la plus intéressante église de Bourges sur un plan architectural. C’est aussi la plus ancienne (voir l’origine du nom plus bas). Sa construction démarre vers 1220. Le narthex et tout le côté sud actuels sont de cette époque. Le style de l’église est le gothique bourguignon, proche du gothique champenois. Ce choix montre l’influence de Nevers, métropole bourguignonne toute proche. Du XIIIe siècle, il reste aussi une fort intéressante chapelle dédiée actuellement à sainte Thérèse, dans le déambulatoire (voir plus bas). Au XVe siècle, d’importantes restaurations sont entreprises sur le côté nord et sur la voûte du vaisseau central (voir l’encadré sur le problème non résolu de l’écroulement du côté nord et du rôle probable du Grand Incendie de 1487). La dissymétrie des élévations nord et sud (bien visible sur la photo ci-dessous) date de cette époque. Au XVe siècle toujours, Jacques Cœur finance une chapelle au nord du chœur. À la même époque, l’architecture de l’église s’enrichit au titre d’un processus coutumier après la guerre de Cent Ans : les riches bourgeois et les corporations de la ville financent la construction de douze chapelles latérales entre les arcs-boutants. Le style retenu est bien sûr le gothique flamboyant.
À la Révolution, l’église Saint-Pierre-le-Guillard, désaffectée, est transformée en salpêtrière. Elle arrive cependant au Concordat de 1802 sans trop de dommages et elle est rendue au culte. De 1826 à 1855, on assiste à une nouvelle vague de restaurations pour consolider un ensemble qui reste fragile (reprise de piliers, de contreforts et d’arcs-boutants).
Dans l’Entre-deux-guerres, l’état de l’église se délabre fâcheusement. Les chapelles gothiques, bâties sans fondation, s’affaissent, menaçant dangereusement les voûtes latérales, et par suite celle du vaisseau central. Les eaux de pluie finissent par s’infiltrer partout. Pis ! en 1951, le chanoine qui dessert la messe de minuit meurt d’un sévère refroidissement. En conséquence, l’édifice est fermé au culte. Avec l’aide de la population, la mairie de Bourges lance un emprunt et le bâtiment peut être sauvé de la ruine.
L’église possède quelques tableaux anciens et des fresques des XIIIe et XVIe siècles (notamment dans la chapelle Cujas). Enfin, une chapelle latérale, sur le côté sud, garde quelques fragments de vitraux Renaissance dans le tympan d’une verrière.
(…)

Lire dossier richement illustré : PATRIMOINE HISTOIRE – Eglise Saint-Pierre-le-Guillard à Bourges


Saint-Pierre-le-Guillard est l’une des rares églises gothiques du département. La tradition locale attribue sa fondation à un miracle de saint Antoine de Padoue, dont le passage est attesté à Bourges vers 1225-1230.
Comme la cathédrale Saint-Etienne dont elle est contemporaine, l’église Saint-Pierre-le-Guillard est dépourvue de transept et possède un déambulatoire à chapelles rayonnantes.
Les voûtes en pierre de la nef datent probablement du début du XVIe siècle : elles ont remplacé une charpente lambrissée.

Les chapelles latérales ont conservé, pour l’essentiel, leur décor intérieur : bas-reliefs en pierre sculptée, peintures murales, tableau de l’école française du XVIIe siècle (Ascension), verrières de l’atelier Lobin (XIXe siècle).

Panneau descriptif – site officiel ville de Bourges


Visite express… en suivant (le guide) la grive !

Bourges, le 11 Mai 2022

- Bourges, Berry, Touraine, Centre, châteaux de la Loire *, Nature, faune et flore

La première soirée à Bourges

Berges de la Voiselle, boulevard Marx Dormoy et rue Edouard Vaillant, rues attenantes, cathédrale Saint-Etienne, jardin des prés Fichaux, toits et Soeurs de la Charité

Bourges, ce 8 Mai 2022

Médoc, Nature, faune et flore

Port de By, de l’estey à l’estuaire

Retour au port de By, dont j’avais présenté la bouée 29 l’an dernier. Sur les bons conseils d’une autre promeneuse (que je salue si elle passe du côté du Teich !), je vous amènerai cette fois ci en bordure de l’estey et vers l’estuaire, non loin d’une tonne de chasse, avec pour toute compagnie un grèbe huppé et quelques canards !

Port de By, commune de Begadan – ce 26 Avril 2022

- Saint-Estèphe, Médoc

Saint-Estèphe : le port à marée basse

Passage obligé quand je suis dans le Médoc : cette route entre Pauillac et Saint-Estèphe (on pourrait l’appeler « avenue des carrelets » tant ils sont nombreux !!) avec, en fin de parcours, une halte au petit port de la Chapelle.

Le port de Saint-Estèphe, en bordure d’estuaire – le 7 Mars 2022


Quelques carrelets et le port à marée haute (Mars 2019)

(cliquer pour voir série complète)

BASSIN D'ARCACHON, Lanton, Cassy, Taussat, Nature, faune et flore

Aigrette figure de proue

Aigrette garzette, vieux port de Taussat – 15 Janvier 2022

Nature, faune et flore

Mère poule !

Froid de canard, chair de poule, édredon en plume !…

Ferme découverte, Taris tourisme, airial de Lavigne à Moustey (40) – 13 Janvier 2022

Nature, faune et flore

Se croire hors de sa cage…

Bizarrerie d’une mise au point :

Ce 13 Janvier, de chaque côté du grillage

A suivre : Taris tourisme, airial de Lavigne à Moustey (40)

- Front de mer d'Arcachon, Arcachon, BASSIN D'ARCACHON, Nature, faune et flore

Quelques prises de becs sur le front de mer désert !

Quelques images anciennes, dont les couleurs s’apparentent à celles de ce dimanche de Novembre où le soleil perce timidement…

Plage d’Arcachon – Février 2018

Arès, BASSIN D'ARCACHON, Nature, faune et flore

Les barques d’Arès, entre cygnes et mouettes

Réserve naturelle des prés salés d’Arès et de Lège Cap-Ferret – le 4 Novembre 2021

Nature, faune et flore

Le(s) p’tit(s) piaf(s) pas farouche(s)

Aussi fringant que ses copains, je n’avais pas remarqué qu’il était blessé à une patte…

Moineau, le 7 Octobre 2021