Chenal de Neyran, entre champ de tournesols et champ de bataille

(3 galeries de photos) 

Autre aspect de cette journée du 25 Juillet dans le Médoc : choisir, à la seule vue des tournesols, de se perdre sur une petite route longeant un chenal et menant vers l’estuaire !

Une première halte bucolique rappelant celle du pont de l’Estey d’Un, et une deuxième sous fond d’évocation historique du Front du Médoc.

 

BLOG-DSC_44405-chenal de Neyran  BLOG-DSC_44440-route chenal et port Neyran Médoc

BLOG-DSC_44432-port Neyran Médoc  BLOG-DSC_44428-blockhaus front du Médoc 18 19 Avril 1945 Neyran

 

Le chenal de Neyran traverse la partie sud-est de la commune de Soulac, rejoignant l’estuaire selon un tracé quasi rectiligne. Il collecte les eaux des fossés secondaires et du marais de la Palu ou de Lilhan. Il joue un rôle essentiel dans l’assainissement de ces terres marécageuses et des terres basses, dites « mattes ».

La route D1E4 l’enjambe au sud du Château de Neyran. Plus à l’est, une vanne à crémaillère y a été installée. Un petit hameau s’est développé à cet endroit, à proximité également des anciens marais salants au nord, qui marquent encore le paysage. C’est à l’aval de cette écluse que la cale du port devait être aménagée : c’est là en tout cas que les marchandises étaient déposées, ramenées par des barques à fond plat. Plus d’un kilomètre sépare le port des rives de l’estuaire.

En atteignant le rivage, on observe au nord, le muret d’une ancienne digue protégeant les cultures des inondations. Au sud du chenal, la digue est constituée d’une levée de terre avec enrochements renforcés par des épis.

Des éléments du Mur de l’Atlantique sont également conservés.

(source dossier de l’inventaire du patrimoine d’Aquitaine – lire la suite)

 

ooOoo

 

Le chenal de Neyran :

 

ooOoo

 

La route longeant le chenal et les marais,
les rivages face au Verdon et Royan :

 

ooOoo

 

Des vestiges du mur de l’Atlantique
et une plaque commémorative du front du Médoc  
(à noter que le mémorial se trouve à Soulac)

 

 

Roseaux

 

A chaleur maximale, photo minimaliste !
BLOG-P7222964-roseaux

 

Palmipèdes… sans masques ni tubas !

 

S’il arrive aux bipèdes de chausser des palmes, ne fréquentant plus les fonds marins, et moins que jamais les plages surpeuplées, c’est d’une rencontre avec quelques palmipèdes authentiques, à plumes et non à poil(s), qu’il sera question ici !

(Fond de tiroir, par dépit, en attendant de reprendre balades et appareil-photo…)  

BLOG-P5011591-canards bord étangBLOG-P5011619-canards bord étangBLOG-P5011616-canards bord étang BLOG-P5011610- colverts étang

BLOG-P5011590-colverts étangBLOG-P5011601-colverts étang

Colverts en bordure d’un étang, au Teich – 1er Mai 2018

 

Les nymphéas de Palm’-Beach !

(9 photos)

Palm’ Beach : c’est le nom qu’on pourrait donner à cet étang ! Les canards y ont pris leurs quartiers d’été et font par moments tout un festival (de canes !), en espérant sans doute décrocher la palme d’or !

 

BLOG-DSC_44222-feuilles nymphéa étang le TeichBLOG-DSC_44221-feuilles nymphéa étang le TeichBLOG-DSC_44206-nymphéa étang le TeichBLOG-DSC_44229-canard étang le TeichBLOG-DSC_44235-canard et nymphéas étang le TeichBLOG-DSC_44200-nymphéa étang le TeichBLOG-DSC_44202-2-Maya et nymphéa étang le TeichBLOG-DSC_44201-Maya et nymphéa étang le Teich

BLOG-DSC_44214-2-nymphéas étang le TeichCanards et nymphéas, étang du Teich – 12 Juillet

 

Ça balance pas mal dans les roseaux…

 

… tout est flou flou flou !
BLOG-DSC_44146-étang le TeichBLOG-DSC_44151-étang le TeichBLOG-DSC_44153-étang le TeichBLOG-DSC_44165-étang le Teich

Etang du Teich – le 11 Juillet

 

ooOoo

 

Un peu de poésie et d’irrationnel pour cette série où, on l’aura bien vu, maîtrise de la technique photo et passion des sciences naturelles sont les grandes oubliées !

Pour les roseaux, je vous renvoie à La Fontaine, et pour la libellule au pied du totem !!

« L’animal totem de la libellule symbolise la sagesse de la transformation et de la capacité d’adaptation. La libellule est associée à la symbolique du changement et de la lumière. Lorsque cet animal se manifeste dans votre vie, il peut vous rappeler d’apporter un peu plus de légèreté et de joie dans votre vie. »
(source « animal-totem – en savoir + !)

😉

Symbolique sous divers horizons :

« Dans la mythologie germanique, les libellules sont associées à la déesse Freia, déesse de l’amour dont elles sont les messagères. Au temps de la christianisation, elles sont diabolisées par les missionnaires qui luttent contre le paganisme, d’où l’appellation anglophone de dragonfly (dragon ailé ou dragon volant) ou leurs surnoms de « flèches du diable », « aiguilles de Satan », « crève-œil », « tire-zeux », « tire-sang », « pique-serpent » en raison de leur forme et de la croyance erronée qu’elles étaient pourvues d’un dard.

En France dans diverses régions, elle était également un sujet de crainte, comme en attestent plusieurs de ses noms : nadoz-aer en breton (« aiguille de l’air » mais cette locution s’entendait plus souvent comme nadoz an near, « aiguille de serpent »), mouron (« salamandre » en normand), martaî-diale en wallon (« marteau du diable »), « papillon d’amour » en Savoie (où un dicton veut que quand on rapporte une libellule à la maison, si elle meurt avant l’arrivée, c’est un mauvais présage d’amour).

Au Japon, des le moyen âge, la libelulle se fit une place de choix dans l’univers des Samouraïs. En effet, une des caractéristiques de vol de cet anisoptere est de ne pouvoir qu’avancer : Impossible de reculer ! Elle a donc pris sa place parmi les êtres valeureux qui « ne reculent jamais ». Elle apparait depuis sur les Tsuba (garde de katana) et de nombreuses pièces composant le Katana (sabre japonais) et les armures médiévales. Elle a même donné son nom à des positions de combat « KAMAE » (posture de garde Tombo No Kamae, de Ryushin Shochi Ryu), de même qu’elle est devenue le symbole de certaines écoles en figurant sur leur emblème, sur la facade du Dojo, sur leur parchemin. La promonciation de son appellation nippone est « TOMBO ». »

(source Wikipédia)

Pieds dans l’eau, tête au soleil… les nymphéas

 

Je redécouvre l’étang le plus proche de chez moi, auquel on a refait une beauté, pour le plus grand plaisir des promeneurs, pêcheurs… et canards (clin d’œil à Alex !).
Il faisait encore frais ce matin, et les nymphéas attendaient que le soleil pointe au dessus des arbres pour déployer leurs pétales. J’ai ainsi pris conscience de la patience dont j’étais finalement capable, un appareil-photo en mains, et me suis même vue le troquer parfois contre une canne à pêche !!

 

BLOG-DSC_44084-nymphéa étang le TeichBLOG-DSC_44113-2-nymphéas et reflets étang le Teich

BLOG-DSC_44079-nymphéas étang le Teich

Etang du Teich, ce mercredi matin

 

Les cigognes font les foins…

 

Hier matin : envie de piquer une tête ou de prendre la clé des champs, envie surtout de coins de nature au calme ! Marée basse, ce ne sera donc pas le sentier du littoral mais les plaines du Teich, pas mornes du tout !

Le soleil est déjà un peu haut et le choix de cadrage limité pour saisir, à fond de zoom et sous leur meilleur profil, les 3 cigognes venues savourer  le charme des lieux… ou plus probablement un festin !

 

BLOG-P7092569-rouleau de foinBLOG-P7092565-3 cigognes et foin plaines du TeichBLOG-P7092568-rouleaux de foin plaines du TeichBLOG-P7092572-rouleaux de foin plaines du TeichBLOG-P7092570-rouleaux de foin plaines du TeichPlaines du Teich, le 9 Juillet

 

ooOoo

 

Les foins au Teich :

 

La « ponte » dans le pré voisin…

 

… et l’après-« ponte » !