2 - BASSIN D'ARCACHON, BIGANOS

Flânerie port des Tuiles (N&B)

Couleurs locales malgré tout !

Port des Tuiles – 8 Avril 2021

2 - BASSIN D'ARCACHON, BIGANOS

Port d’attache et couleurs locales

Retour, par la force des choses, à mon aire de jeu habituelle !…

Port des Tuiles, Biganos – le 8 Avril 2021

- Route des vins du Médoc, MEDOC

Crevettes, bigorneaux et… Montagnes !

Spéciale dédicace à Alex, fidèle lecteur Médocain !

😉

On poursuit donc la balade sur le chemin du bord de l’eau, en direction du port de Macau, en descendant la Garonne (comme Anita Conti, vue quelques minutes auparavant au port de Lagrange) et en remontant le temps ; nous sommes en Novembre 2019, je découvrais les lieux dans leurs couleurs automnales.

 

Drague Anita Conti, à l’approche du Bec d’Ambès :

 

Ginguettes du port de Macau :

 

Montagnes… contreforts de château Montagnes !

 

- Route des vins du Médoc, MEDOC

Guinguette et bords de Garonne

Le chemin du bord de l’eau, entre Parempuyre et le port de Macau, est une invitation à la flânerie : châteaux (dont le château Plaisance), demeures et chambres d’hôtes, vigne, parcelles boisées, guinguettes, carrelets sur la Garonne

Et après trois passages, à trois saisons différentes, je reste encore sur ma faim… au propre comme au figuré, puisque les guinguettes étaient à chaque fois fermées ! Petite halte sous les loupiotes de l’une d’elles, entre le château Desplat et « la Rivière » !

 

« Les bords de Garonne » et un carrelet, à Macau – Mars 2021 et Janvier 2020

- Un peu partout au Teich, LE TEICH

Parc public du Port : quelques « singeries » après avoir fait le mur !

Parc public du port du Teich, le 16 Mars 2020

Je me rends compte qu’après tant d’années de blog, je présente assez peu ma ville et qu’il me faut traîner plus souvent mes guêtres et surtout mon APN… du côté du Teich !

Après avoir fait le mur, et rêvé – qui sait !… – du toit du Monde, je vous propose de tester votre pied marin sur le pont de singe et de poursuivre cette balade entre le parc public du port et la Leyre (images d’Octobre 2020 et Mars 2021).

 

 

Une vue d’ensemble et le pont de singe :

 

Du pont de singe à la passerelle :

 

Les travaux à proximité du bassin de baignade, à l’emplacement de l’ancien tertre et la piste d’atterrissage 😉 :

 

Non loin du bassin de baignade et du pont neuf :

ooOoo

En savoir + et voir les images de Juillet 2020

 

- Lacanau, MEDOC

Marcher sur le lac

Le Moutchic, le 9 Mars 2021

- Lacanau, MEDOC

Le Moutchic, station balnéaire

 

C’est au début du xxe siècle que Le Moutchic devient un site touristique avec l’arrivée du chemin de fer en 1905. La Société immobilière de Lacanau et du chemin de fer de Lacanau à l’océan achète des terrains sur la dune littorale à l’océan pour y bâtir la station balnéaire. Elle souhaite aussi bâtir une ville d’hiver sur le lac à l’exemple d’Arcachon et dès 1908 elle propose 238 lots sur la dune de Carrère – ou Carreyre – et 26 sur celle du Moutchic, le long de la ligne de chemin de fer.

La publicité vante «sa situation climatique incomparable, abritée des vents, aux variations thermiques nulles, et sa vue splendide sur le lac».

Une des premières villas construites alors est celle de la Tour des Pins dont le propriétaire, le docteur Olivier de Bordeaux meurt, noyé en 1909. C’est dans cette villa que s’installera, à peine dix ans plus tard, le commandant américain de la base aéronavale d’où son nom désormais de «villa du commandant». (j’y reviendrai dans un prochain billet !)

(source : OCEANIK – le blog canaulais)

 

Le Moutchic (lac de Lacanau), les 14 Mars 2016 et 9 Mars 2021

ooOoo

Merci pour vos derniers passages et pardon pour mes absences sur la blogosphère. Le temps manque…

A bientôt !

 

- Lacanau, MEDOC

Lacanau : son port, son phare (avec ou sans fard !)

Port de Lacanau, sur le lac – ce 9 Mars 2021

 

- Landiras, Architecture, SUD-GIRONDE

Château de Landiras, avec ou sans escale !

16 Février 2021 : en fin de matinée, des vols de grues cendrées remontant vers le Nooord traversaient le ciel de Sud-Gironde. N’ayant pu m’arrêter en bord de route pour en observer un particulièrement imposant, j’ai tout de même pu assister à deux autres passages (sans escale !) lors de ma petite halte touristique au château de Landiras.

ooOoo

L’histoire du Château Landiras remonte au XIIè siècle lorsque William le Templier, Archevêque de Bordeaux acheta les terres de Landiras. En 1306, le Château est reconstruit sur les ruines de la forteresse érigée par les Seigneurs de Landiras. Au cours du XVIIe siècle, le Château devient la résidence de sa plus emblématique propriétaire à travers les âges : Sainte Jeanne de Lestonnac, canonisée par le Pape Pie XII en 1949. Cette visionnaire a dévoué une partie de sa vie à l’éducation des jeunes filles au delà du seul projet de maternité. Dans ce but, elle créa la Compagnie de Marie Notre Dame dont elle devient la mère supérieur. C’est pour cette raison que la propriété demeure toujours un lieu de pèlerinage. A son arrivée en 2007, Michel Pélissié a imaginé le Château Landiras comme un lieu viticole mais aussi comme un domaine dédié à la culture. Ainsi, le Château Landiras, au delà de la production viticole est un lieu culturel emblématique de la région.

Le terroir du Château Landiras est constitué de belles graves blanches typiques de la région. Le domaine s’étend sur 100 hectares dont 51 de vignes plantées en 75% Merlot et 25% Cabernet Sauvignon.

(source : bordeaux-tradition.com – lire la suite)

en savoir + : site officiel du château de Landiras

ooOoo

Escale 😉 :

Château de Landiras, le 16 Février 2021

2 - BASSIN D'ARCACHON, BIGANOS

Biganos, entre crue et décrue

Si la décrue semblait s’amorcer dimanche, et si le port avait presque retrouvé son vrai visage, il ne faut peut-être pas crier trop vite victoire : la pluie tombe toujours, fine, discrète, mais avec insistance !! Espérons que la légère accalmie de ce début de semaine se poursuive, ici, et surtout dans les régions les plus touchées.

 

Petit port de Biganos, le 7 Février 2021

ooOoo