Médoc

Port de Goulée, de la crêperie aux cabanes

Préambule : crêpe et farniente !

Port de Goulée, 8 Août 2022 – Début d’après-midi, 34,5 °C… à l’ombre. Et un soleil de plomb. Après la longue balade port de Saint-Vivien et une halte port de Richard, oui, j’avoue, il me faudra reprendre quelques forces à la crêperie avant de déambuler jusqu’aux cabanes et la rue de la Soif !

Autour de la Crêperie du Port de Goulée


Au sujet du port et du chenal de Goulée :

Site Médoc-Atlantique : la halte nautique du port de Goulée et les boucles de randonnée

(hors jours de canicule !)

Vue d’ensemble – image Médoc-Atlantique

Dossier inventaire Nouvelle Aquitaine : Port et chenal de Goulée (ou chenal de Guy)

Le port de Goulée est situé à l’extrémité nord de la commune de Valeyrac, à la limite avec la commune de Jau-Dignac et Loirac.

Port de Goulée, Valeyrac, début 20e siècle.

(c) Conseil départemental de la Gironde

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

D’après l’abbé Baurein, le port est aménagé au moment des travaux d’assèchement du marais de Lesparre, vers 1648.

La carte de navigation de 1692 décrit le chenal de Goulée comme étant le « meilleur de toute la côte du Médoc » (…)

(…) Dans les années 1840, le port est estimé comme « le plus considérable de tous les ports de la côte et offre le plus d’avantages ». (…) Des travaux d’améliorations sont engagés en 1847 et en partie achevés en 1851. Ils consistent en la construction d’un perré en amont de la route, au redressement du coude du chenal et à l’établissement d’un terre-plein pour le dépôt des marchandises. (…)

(…) Dans les années 1920, divers arrêtés préfectoraux autorisent la construction de cabanes-abris et l’occupation temporaire du sol. Construites en bois, elles sont dédiées à l’exploitation de la pêche aux huîtres et au stockage du matériel et des embarcations.

Au début des années 1990, le port est converti en port de plaisance et en halte nautique. Des pontons flottants sont alors installés.


Quelques images jusqu’aux cabanes et avant de regagner les abris !

Même pas eu la force de poursuivre jusqu’à l’estuaire, alors que c’est pour moi LE passage obligé à chaque virée dans le Médoc. Je tiens encore une fois une bonne raison d’y retourner, tout comme à Saint-Vivien pour la pointe aux oiseaux, ou au phare de Richard pour les anguilles de la buvette !!

Médoc, Ostréiculture

Salut les Copains, on fait escale port de Richard !

L’ancien port ostréicole de Richard :

Pêcheurs d’huîtres au port de Richard en 1960

(c) Conseil départemental de la Gironde

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

L’aménagement du port de Richard est lié au développement de l’agriculture dans les mattes ; par sa situation, Richard offre également un débouché pour le transit des denrées provenant de l’arrière-pays. Des travaux y sont réalisés au milieu du 19e siècle. Il est agrandi et amélioré en 1865 avec l’établissement d’une vanne de chasse située en amont. (…)

Le port se développe dans les années 1870 avec la pêche à l’huître (…)

(source : Dossier inventaire Nouvelle Aquitaine – Hameau et port de Richard)

Au sujet de l’ostréiculture dans la Médoc :

(…) Ce n´est vraiment que dans la seconde moitié du 19e siècle que l´ostréiculture prend de l´ampleur avec l’arrivée de l´huître portugaise : en 1868, lors d´une tempête, le navire « Le Morlaisien », en provenance du Tage, transportant des cargaisons d´huîtres portugaises, aurait rejeté une partie des huîtres avariée au niveau du lieu-dit « La Fosse », situé entre Talais et Saint-Vivien-de-Médoc. Des gisements ont ainsi commencé à apparaître progressivement sur la rive gauche. 

(…) L´activité ostréicole diminue progressivement à partir des années 1970, à la suite de virus et à la pollution cadmium des eaux estuariennes.

(…) A Talais, l´activité ostréicole a été relancée avec succès dans les années 2010.

(source : dossier inventaire Aquitaine – exploitation ostréicole)

Hé oui, il y a des exploitations d’huîtres dans le Médoc ! Pour être plus précis, c’est l’affinage de l’huître qui se fait dans les anciens marais salants médocains appelés des claires. Pour tout connaître sur leur histoire, leur affinage et leur producteur, n’hésitez plus une seconde et poussez la porte d’une exploitation ! Vous pourrez être reçu par un ostréiculteur local, qui vous expliquera son métier avec passion en plus de passer à la dégustation après la visite.

(source : Médoc-Atlantique.com – manger des-huîtres et des gambas


« Salut les copains » et d’autres bateaux à quai, cabanes et roses trémières

Port de Richard (pas très loin du PHARE !), commune de  Jau-Dignac-et-Loirac

le 8 Août 2022

Médoc

Grand bleu sur le port de Saint-Vivien-de-Médoc

Lundi 8 Août 2022 – Première virée dans le Médoc depuis celle du 26 Avril, en direction cette fois de la pointe du Verdon et des quelques ports me restant à découvrir entre Talais et By : Saint-Vivien, Richard et Goulée.

Première étape donc : le port de Saint-Vivien-de-Médoc, sur le chenal du Gua, avec ses cabanes ostréicoles, ses activités de pêche et plaisance, et un charme indéniable. Mais frisant l’insolation, j’ai dû écourter la balade ! La plage et la pointe aux oiseaux, les fermes aquacoles « la Petite Canau » et « Eau Médoc » et la dégustation d’huîtres et gambas attendront le retour d’un peu de fraîcheur…

Les eaux limoneuses de l’estuaire abritent une vie foisonnante, et de nombreux petits ports de pêche se succèdent le long des rives de la Gironde. En avril et au printemps, les pêcheurs guettent ainsi l’arrivée de la « lamproie« , le poisson à la bouche-ventouse, ou celle de « l’alose« , le poisson argenté, avant que l’automne et l’hiver n’annoncent le retour des précieuses « pibales« , ou « civelles », qu’il faut extraire du fleuve avant que les alevins au corps translucide ne se métamorphosent en anguilles.

Situé en bordure d’un étroit chenal que les bateaux doivent remonter sur 3 kilomètres pour rejoindre l’estuaire, le petit port de Saint-Vivien reste un lieu de flânerie très agréable qu’une fête animée vient célébrer chaque mois d’août. (*)

(source : page Wikipédia Saint-Vivien-de-Médoc)

(*) Fête du port les 6 et 7 Août 2022, sardinade ce samedi 13 Août


En savoir + sur St Vivien et les ports avoisinants :

Histoire, cartes… : dossier inventaire de Nouvelle Aquitaine

le chenal et le port, début 20e siècle

(c) Conseil départemental de la Gironde – (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel

site Médoc-Atlantique Tourisme

Article Sud-Ouest du 1er Août 2022 : Tourisme en Gironde : balade contemplative et gourmande dans les polders du Médoc

et MAGSO, supplément au Sud-Ouest du 6 Août 2021 (pages 4 à 10) :

« clic pour feuilleter »


Cabanes et bateaux, le long du quai principal :

Les cabanes à l’entrée du port et dans quelques recoins :

Autour de l’écluse du chenal du Gua :

Sur le quai face aux cabanes :

BASSIN D'ARCACHON, Biganos, Nature, faune et flore

Les pins et leur penchant pour le lac vert !

Je suis passée durant 30 ans devant le lac vert de Biganos, sans m’y être arrêtée une seule fois. La faute à un environnement pas très flatteur sur l’axe le plus passant : entrepôts, matériels de construction… Pas pour rien qu’on l’appelle aussi « l’étang Delcampo », du nom d’une de ces entreprises !

Il m’aura fallu un contrôle technique juste en face et donc une petite heure à tuer pour enfin le découvrir.

Coin de pêche prisé semble-t-il, je laisse « Géocarp » vous présenter le parcours de nuit, et « le brochet boïen » vous en dire davantage sur les étangs et biefs de son fief !

source image : https://www.geocarp.com/item/etang-vert-delcampo/


Une agréable balade sous les pins, parmi les libellules, les canards, une petite tortue de Floride et les pêcheurs !

Lac vert de Biganos – le 27 Juillet 2022

Nature, faune et flore

La libellule rouge sur le lac vert

Libellule, au lac vert de Biganos