St Martin de Mios et la croix de la Passion

.
Suite de la rétrospective automne-hiver !

14 Mai 2018 :  Les Cavaliers du froid (ou Grands chevaliers) et les Saints de glace sont passés (clin d’œil à Jean-Claude de « Spot-Jardin », qui m’a fait connaître les premiers !).
Après quelques matinées consacrées au « nettoyage » du jardin, il me tarde d’aller chercher mes fleurs annuelles (pépinière Dauzats, à Gujan-Mestras) et choisir pour un coin très ombragé, autour des rhododendrons (encore eux !), quelques nouvelles plantes à feuillage persistant (jardinerie du Val de l’Eyre, à  Mios).

Mios… voilà ce qui m’amène à sortir d’un fond de tiroir (ou de serre !) ces quelques photos de Saint-Martin, un Saint en rien impliqué – à part peut-être son « blanc manteau » ! -, dans tous ces aléas climatiques qui rendent les jardiniers prudents !

Bonne semaine à tous, bonnes plantations !

😉
BLOG-DSC_42083-84-église St Martin Mios N&BBLOG-DSC_42063-église St Martin Mios

Eglise St Martin de Mios – le 29 Octobre 
.
ooOoo
.

Au sujet de la croix de la passion, restaurée en 2016 :

blog-dsc_42085-st-martin-et-croix-de-la-passion-mios-nb.jpg    BLOG-DSC_42093-St Martin et Ste Croix Mios N&B

  BLOG-DSC_42061-plaque inauguration croix de la Passion Mios

.

Notre-Dame de Benon qui rime avec rhododendron (de Saint-Queyran) !

.

Dans ma quête de rhododendrons, après avoir tiré un trait sur ceux du domaine de Grenade (explications) , direction le Médoc sur les bons conseils d’Alex, un lecteur du blog !

Nous sommes à Benon, sur la commune de Saint-Laurent Médoc, dans la forêt domaniale, tout près du massif forestier de Saint-Queyran.

Petite halte à l’église Notre-Dame de Benon après nous être perdus dans les bois !

.

ooOoo

.

Notre-Dame de Benon

Cette charmante église de style roman est le vestige de la première commanderie hospitalière implantée en Médoc. Sa fondation remonte à l’époque de la deuxième croisade (11471149). Située sur le chemin de Compostelle, les hospitaliers y édifièrent la commanderie avec un hôpital pour y accueillir les pèlerins. Elle fait l’objet de travaux de rénovation, grâce à l’association les Amis de Notre-Dame-de-Benon.

blog-dsc_43926-1-nd-de-benon-st-laurent-mc3a9doc.jpg blog-dsc_43928-nd-de-benon-st-laurent-mc3a9doc.jpg blog-p5101797-nd-de-benon-st-laurent-mc3a9doc.jpgblog-p5101810-nd-de-benon-st-laurent-mc3a9doc.jpg

Notre-Dame de Benon (XII XIII, classée MH depuis 1972)
ce jeudi après-midi, jour de l’Ascension

.
ooOoo
.
Présentation de Notre-Dame de Benon :

.
Toute son histoire et bien d’autres informations,
sur le site de l’association  les amis de Notre-Dame de Benon

http://lesamisdebenon.free.fr

 Logo les amis de ND de Benon
par le peintre médocain Yan de Siber

.

De très nombreuses photos sur le blog de Kordouane :

nd-de-benon-photosfrancecotesouest-ektablog

(photo extraite de l’article)

.

ooOoo

.

Le massif forestier de Saint-Queyran

A proximité de l’église, une longue voie forestière rejoint le massif de Saint-Queyran, ancienne propriété de Nathaniel Johnston (1836-1914), notable de Bordeaux, négociant, propriétaire de vignobles et homme politique.

Il ne reste rien du pavillon de chasse, du chenil, des écuries mais le sentier de découverte traverse l’ancienne allée du parc, bordée de massifs de rhododendrons remarquables.

Ceux-ci n’étaient pas encore totalement fleuris. Juste quelques images pour un bref aperçu des lieux et en attendant, qui sait, une autre visite !

.

anigif massif forestier St Queyran St Laurent Medoc

BLOG-P5101788-rhododendron massif St Queyran

.

Histoire de Nathaniel Johnston et du domaine Saint-Queyran
et présentation de la forêt domaniale de St-Laurent-Médoc :

présentation massif forestier St Queyran 1présentation forêt domaniale ripisylve St Laurent Médoc 3 Observation forêt domaniale St Laurent Médoc 1 Observation forêt domaniale St Laurent Médoc 2présentation forêt domaniale St Laurent Médoc 2

(double clic pour agrandir images)

.

Rions (33), cité médiévale

 

.
(Mise en ligne de Mai)

blog-dsc_42916-rions-nb-p403.jpg

Porte de Lhyan, rénovée en 1881 par Léon Drouyn

.

Située dans l’Entre-deux-Mers, au cœur du vignoble des 1ères Côtes de Bordeaux, et dominant la Garonne, Rions passe pour être l’une des plus anciennes villes d’Aquitaine.
Des tessons de céramique du 1er âge du fer attestent d’une occupation protohistorique du site.

Cette place forte a été le témoin des batailles pendant la guerre de cent ans (qui s’achève avec la bataille de Castillon en 1453) et redeviendra française après trois siècles d’appartenance anglaise.

Malgré les destructions subies, Rions a conservé de nombreux monuments et vestiges de son passé défensif : l’enceinte fortifiée du XIVème siècle (classée M.H.), la Tour de Lhyan, l’ancien donjon des Seguin (seigneurs de Rions au Moyen-Age), la citadelle, l’église Saint-Seurin (XIIème au XIVème siècles, classée M.H.), la grotte de Charles VII ou « Fontaine des Dames ». Les ruelles du cœur de la cité ont conservé leur physionomie d’autrefois, avec des maisons anciennes qui sont de véritables trésors d’architecture.

En savoir + :

Histoire du village « de mémoire de pierres »
Vacances-vignoble.com
Bataille de Castillon
Rions

.

oOo

.

Visiter la cité   

Visiter RIONS (source : site officiel de la ville) source image : http://rions.fr/tourisme-et-decouvertes/les-bonnes-adresses/

.

ooOoo

 

Dans les rues de Rions – 27 Février 2018

.

C’est le Nautilus qui a bouché le port d’Arcachon !

.

blog-p4141504-nautilus-records-et-monument-disparus-en-mer-arcachon-nb.jpg
Port d’Arcachon, le 14 Avril 2018
.

Bassens : Saint-Pierre, friand de lumière et de couleurs !

.

L’église Saint-Pierre de Bassens : blog-pb140002-2-st-pierre-bassens.jpg

« Il s’agit du plus ancien édifice de la commune. A la fin du XIème siècle, l’église ne devait se composer que d’une nef à contreforts plats terminée par une abside semi-circulaire. Au fil des siècles et des remaniements, l’abside romane a perdu son aspect primitif. Au XIIème siècle, un clocher de type tour barlongue a été accolé à l’abside. (…)

Pendant la Guerre de Cent Ans, une partie de l’église a été fortifiée. A la Renaissance, la nef a été prolongée vers l’ouest. A la fin du XVIIIème siècle, l’église, qui avait été malmenée durant les révoltes populaires, a reçu quelques éléments d’embellissement. Durant la deuxième moitié du XIXème siècle, d’importants travaux ont été entrepris. A l’ouest, une travée a été ajoutée ainsi qu’un clocher-porche. Le clocher a été construit d’après les plans de l’architecte Paul Abadie, entre 1852 et 1855, dans le goût des hauts clochers à flèche caractérisant cette époque.

Aujourd’hui, nous pouvons admirer une belle abside romane, le clocher restauré dans les années 80, d’émouvants vitraux (dédiés à l’apôtre Pierre) crées par l’artiste Raymond Mirande et réalisés par le maître-verrier Jacques Dupuy. Leur bénédiction a eu lieu en octobre 1990. »

(…) en savoir +

.

ooOoo

.

C’est un  de ces vitraux (« l’église des catacombes »), au dessus de la porte d’entrée, qui a attisé ma curiosité. Et à l’intérieur, la surprise fut encore plus grande : une lumière aveuglante et des couleurs presque fluorescentes, peu communes dans une église !

.

BLOG-PB140039-St Pierre BassensBLOG-PB140033-St Pierre BassensBLOG-PB140009-St Pierre Bassens

Ce diaporama nécessite JavaScript.

BLOG-PB140012-St Pierre BassensBLOG-PB140014-St Pierre BassensBLOG-PB140025-St Pierre BassensBLOG-PB140027-St Pierre BassensBLOG-PB140029-St Pierre BassensBLOG-PB140030-St Pierre Bassens

Bassens, le 14 Novembre

.

Montargis (5) : « praslines » et Madeleine !

.
Péché de gourmandise et confession !
😉

BLOG-DSC_41961-maison de la prasline et Ste Madeleine Montargis.

.

ooOoo

.

LA MAISON DE LA PRASLINE MAZET
(depuis 1636)

Le véritable péché serait de ne pas s’y arrêter !…

.

ooOoo

.

L’EGLISE SAINTE MARIE-MADELEINE

Communément appelée église Sainte-Madeleine ou église de la Madeleine et parfois église Sainte-Marie, cette église date des XIIe, XVe et XVIe siècles et seconde moitié du XVIIe siècle. Elle a été restaurée et complétée sous la direction d’Eugène Viollet-le-Duc à partir de 1863. Elle est classée au titre des monuments historiques par arrêtés des (ensemble sauf la tour-clocher) et 10 juillet 2000 (tour-clocher).

La nef, construite à la fin du XIIe siècle, est le reste de la première église paroissiale indépendante du château, probablement fondée par Philippe Auguste. Les chapelles du flanc gauche ont été ajoutées à la fin du XVe siècle ou au début du XVIe siècle.

Le chœur est la partie la plus remarquable. Il a été construit après l’incendie du 25 juillet 1525, qui détruisit presque toute la ville.

En savoir +

L’autel en marbre date de la fin du XVIIème siècle. Une urne funéraire en marbre, placée dans une des chapelles sud, contient le cœur du peintre Girodet. Un ensemble exceptionnel de vitraux du XIXème siècle provient de l’atelier du maître verrier tourangeau Léopold Lobin.

A l’extérieur, le Chevet plat assez rare semble inspiré des églises milanaises. Le Christ est le plâtre original du sculpteur Triqueti ayant servi à la réalisation du Christ en croix qui se trouve sous le dôme des Invalides.

Un très bref aperçu :

.

Montargis (4) : au fil des rues, au fil de l’eau

.

Suite du marathon de samedi dernier dans
MONTARGIS, LA VENISE DU GATINAIS

Quelques rues et places du centre-ville de Montargis :

blog-dsc_41986-montargis.jpg

blog-dsc_41996-montargis.jpg blog-dsc_41869-montargis.jpg

Ce diaporama nécessite JavaScript.

.

Le château de Montargis et le canal de Briare :

blog-dsc_41940-canal-de-briare-montargis.jpg blog-dsc_41798-canal-de-briare-montargis.jpgblog-dsc_41784-canal-de-briare-montargis.jpgchc3a2teau-montargis.jpg

Ce diaporama nécessite JavaScript.

.

ooOoo

.

Autres images, pour voir la ville en rose !

blog-dsc_41804-montargis

(« clic » pour voir série complète)

.