BASSIN D'ARCACHON, Biganos, Insolite, humour, humeurs

L’Eyre et la chanson : un mari(n) bricoleur !

(mis en ligne le 22 Octobre)

Spécial dédicace à Marie (Breizh Ma Bro) qui me faisait remarquer dans un billet précédent que j’avais l’ « Eyre » et elle la chanson ! En réalité,une chanson m’avait aussi trotté dans la tête sur le quai du port des Tuiles, en voyant ces amarres « fabrication maison » : « Le Bricoleur » !

Mon Dieu, quel bonheur !
Mon Dieu, quel bonheur
D’avoir un mari qui bricole
Mon Dieu, quel bonheur !
Mon Dieu, quel bonheur
D’avoir un mari bricoleur

😉

Petit hommage à Georges Brassens qui aurait eu 100 ans cette année, le 22 Octobre.


… et le mari bricoleur est parfois marin, amateur d’arts « plastiques » !!

Port des Tuiles, Biganos

5 réflexions sur “L’Eyre et la chanson : un mari(n) bricoleur !

  1. Merci pour la dédicace et surtout merci à ce grand monsieur. Il est, était et restera toujours mon poète, chanteur, compositeur et musicien préféré. C’était un génie que personne jamais n’a remplacé ou égalé.
    Et puisque tu me tends une perche énorme, je vais me permettre de poser chez toi ce poème que j’avais écrit en son hommage il y a quelques années :

    A la mémoire d’un poète

    Il a cassé sa pipe
    Il y a bien longtemps
    Mais a laissé ses tripes
    En lieu de Testament.

    Il voulait qu’on l’Enterre
    Sur la plage de Sète
    Mais c’est au cimetière
    Qu’est notre cher poète.

    Sur tous les Bancs publics
    Il nous a entraînés
    Et dans sa rhétorique
    Y’avait Rien à jeter. 

    Avec lui nous avons
    Marguerite effeuillé
    Connu le vieux Léon
    La Jeanne et sa bonté.

    L’Auvergnat son compère
    Est Au bois de mon cœur
    Il chante la Prière
    Auprès du fossoyeur.

    Brave Margot soupire,
    Attendant La Fessée
    Et se meurt de désir
    Pour Quatre bacheliers.

    Seule Auprès de son arbre
    Marquise est énervée
    L’Orage au loin s’attarde
    Et Le Vent s’est levé.

    L’ancêtre dans son coin
    Se souvient et médite
    Au souvenir lointain
    D’la guerre 14-18.

    Le gorille ce Don Juan
    Se dit P… de toi
    Je suis un Mécréant
    Et loin d’être Le Roi.

    Le Fantôme Trompe la mort
    En pensant à Fernande
    Mais avec La Légende
    De la nonne il s’endort.

    Et Les Copains d’abord
    Gastibelza, Grand’Père
    Jeanne et Tonton Nestor
    C’est pour eux Comme hier.

    Avec Corne d’Aurochs
    Et Jehan l’advenu
    Ils partent encore en bloc
    Faire la chasse aux cocus.

    Si Cupidon s’en fout
    Brassens ce grand Bonhomme
    Qu’était pas un Voyou
    Pour moi est un grand homme.

    © Marie Le Corre, 16 juin 2006

Si vous souhaitez laisser un mot...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s