L’église abbatiale Saint-Pierre de Vertheuil

.

 L’abbaye Saint-Pierre de Vertheuil, est classée monument historique depuis 1840

L’église et le logis abbatial forment un ensemble du plus haut intérêt.
L’abbaye fondée certainement avant le XIIe siècle, fut construite sur l’emplacement d’une villa gallo-romaine.
Elle a été occupée un temps par des Bénédictins puis par l’Ordre des Chanoines Réguliers de Saint Augustin, Congrégation de la Chancelade. Plusieurs fois dévastée (guerres de Cent Ans et de religion) reconstruite au XVIIIe siècle, partiellement démolie dans le milieu du XXe siècle, elle devient ensuite propriété de la commune

De l’antique abbaye, restent des vestiges d’arcades, des caves voûtées, les soubassements de certains murs actuels, un four à pain et le mur de l’ancien cuvier. Son style typique XVIIIe siècle est d’une élégance simple et classique. On peut y remarquer la belle ordonnance des façades, le perron descendant dans le parc dessiné à l’anglaise, les rampes des escaliers et les boiseries intérieures.

L’abbatiale Saint-Pierre dépendait de l’abbaye attenante. Sa construction remonte au XIeXIIe siècle, puis remaniée au XIVe, XVIe siècle et XIXe siècle. L’église est un bel exemple d’art roman d’inspiration saintongeaise.

Intérieur : vaste nef avec deux collatéraux, déambulatoire voûté en berceau sur lequel s’ouvrent trois chapelles, celle du centre carrée, les autres en cul de four. Elles furent toutes trois exhaussées et fortifiées au XVIe siècle durant les guerres de Religion.
Dans la nef, sculptures des chapiteaux des premières travées reliées par des arcs en plein cintre, stalles aux accoudoirs sculptés du XVe siècle de même qu’un lutrin en bois. Près de la porte sud, fonts baptismaux pédiculés en pierre du XVe siècle.

Extérieur : très remanié. Dans le mur sud, très beau porche roman d’inspiration saintongeaise, remanié au XVIIe siècle par placage d’un second porche de style classique. On voit sur les voussures des cavaliers chevauchant des ronceaux, des personnages se tenant par la barbe, d’autres semblables à des laboureurs.
Le clocher sud est carré (XVIe siècle). Il abrite un escalier donnant accès au chevet surélevé et fortifié. Le clocher nord est du XIIe siècle, à deux étages : le premier carré, orné de colonnes engagées, reposant sur des culs de lampe : le deuxième octogonal avec fenêtres cintrées

(source Wikipédia – en savoir +)

.

ooOoo

.

Dernière étape de cette escapade dans le Médoc, sur le chemin du retour. Improvisation complète comme à mon habitude, avec tout ce ça comporte de charme comme d’inconvénients !

Le temps a manqué pour tout visiter et découvrir les vestiges de l’ancienne abbaye. Je vous renvoie pour cela aux liens ci-dessus, ainsi qu’aux sites de la mairie de Vertheuil (découverte du patrimoine architectural : abbaye, abbatiale, forteressse) et de l’association Les Amis de l’Abbaye de Vertheuil.. Vous y serez ainsi  informés des diverses manifestations et des ouvrages disponibles.

Association "Les Amis de l'abbaye de Vertheuil"

.

ooOoo

.

Quelques images de l’église abbatiale, au cœur du village :

BLOG-DSC_44037-Vertheuilblog-dsc_44039-40-vertheuil.jpgBLOG-DSC_44042-43-église St Pierre de VertheuilBLOG-DSC_44072-St Pierre de VertheuilBLOG-DSC_44044-46-église St Pierre de VertheuilBLOG-DSC_44067-église St Pierre de Vertheuil BLOG-DSC_44069-église St Pierre de VertheuilBLOG-DSC_44049-église St Pierre de VertheuilBLOG-DSC_44050-église St Pierre de VertheuilBLOG-DSC_44052-église St Pierre de VertheuilBLOG-DSC_44061-église St Pierre de VertheuilBLOG-DSC_44066-église St Pierre de Vertheuil

Vertheuil, le 8 Juin 2018

.

À suivre : L’Hermione à Bordeaux
(Visite inespérée, hier après-midi !)

.

10 réactions sur “L’église abbatiale Saint-Pierre de Vertheuil

  1. Pingback: De Pauillac à la Maréchale | Du côté du Teich

  2. Pingback: Le pont de l’Estey d’Un et l’estuaire | Du côté du Teich

  3. Bonjour Marion. Ta note est très intéressante et l’abbaye comme je les aime : romane et simple dehors comme dedans. Elle est aussi très bien photographiée, merci du partage

  4. Il y a un des accoudoirs sculpté d’un siège de la stalle où l’on voit Phyllis, la fiancé d’Alexandre le Grand, chevaucher son précepteur, ce bon vieux Aristote. C’est tiré du lai d’Aristote d’Henri d’Andeli, un troubadour du XIII siècle. Aujourd’hui non, mais au moyen age c’était la chose la plus érotique du monde et les moines de Vertheuil se battaient entre eux pour avoir le privilège de s’asseoir sur ce siège et de fantasmer en caressant la belle phyllis durant les offices. 😉

    Bonjour Marion,

    Alex

    • … Et le moine de penser : « Si Phyllis m’était contée » ! 😉
      Qu’est-ce qu’il fallait pas faire pour susciter des vocations !
      Merci Alex pour cette anecdote et bonne journée

Si vous souhaitez laisser un mot...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s