Nature, faune et flore

Quand la joubarbe se fait traiter de tous les noms !

 

Joubarbe des toits   ou   Artichaut bâtard   ou   Artichaut de murailles   ou   Barbe de Jupiter   ou   Chou de chèvre   ou   Herbe aux cors   ou   Joubarbe sauvage

(Sempervivum tectorum)

 

BLOG-DSC_0365-feuilles joubarbe artichaut murailles

 

BLOG-DSC_0343-joubarbe ou artichaut des murailles cadre

 

BLOG-DSC_0361-feuilles joubarbe artichaut murailles 

 

Tout arrive à qui sait attendre : elle m’a été donnée il y a plus de dix ans, et va fleurir pour la première fois !  

Dois-je m’en réjouir ? Ce qui suit m’en fait presque douter…  Mais ne soyons pas supertitieux, ça porte malheur !

  

________

 

DESCRIPTION :

La joubarbe des toits est une plante vivace de 10 cm de haut, à racines allongées, fibreuses, traçantes, peu ramifiées. Les feuilles, ovales-lancéolées, forment, près du collet de la racine, une rosette assez fournie, de teinte vert clair. Sa longue hampe florifère porte des grandes fleurs rose pâle, parfois pnctuées de pourpre. Le fruit est un follicule. La plante est monocarpique et périt après avoir fructifié. 

CULTURE ET RÉCOLTE :

Originaire d’Europe centrale et méridionale, cette plante pousse désormais à l’état sauvage en Europe du Nord, en Afrique du Nord et en Asie occidentale, de préférence dans les terrains sablonneux et secs. Elle se rencontre sur les rochers et les murs, jusqu’à une altitude de 2 500 mètres. Elle se multiplie par des rejets dont la forme rappelle celle de l’artichaut. On récolte les feuilles fraîches en été. 

PROPRIÉTÉS :

– Astringent
– Antispasmodique
– Hémostatique
– Diurétique

INDICATIONS :

– Brûlures
– Furoncles
– Cors
– Hémorroïdes 

UN PEU D’HISTOIRE :

Son nom provenant du latin jovis barba= barbe de Jupiter, rend compte de la croyance très ancienne selon laquelle elle détourne des maisons, la colère du dieu de la foudre. On la plantait déjà en protectrice sur les toits dans la Grèce classique.
En Italie, on faisait boire à un nouveau-né, le premier vendredi après sa naissance, du jus de sa fleur pilée, pour le protéger des convulsions et lui assurer une longue vie. On croyait aussi que celui qui se frottait les mains avec du jus de joubarbe pouvait saisir, sans douleur, du fer rougi.
Il ne faut pas enlever cette plante vivace des toits ou des murs car elle préserve des maladies, des sorts, de la foudre, de l’incendie et assure une longue vie aux habitants (elle est d’ailleurs surnommée dans le Berry « meure jamais »). Toutefois, la première floraison de la joubarbe augure une mort dans la maison. En Angleterre, qui arrache cette plante s’attire des ennuis. 

ATTENTION :

Ne pas utiliser cette plante par voie interne, risque de vomissements.

Cette fiche ne constitue en aucun cas un manuel d’exécution ni une référence et ne peut remplacer l’expérience et le savoir-faire d’un professionnel.
 
Source http://chezmarie.nuxit.net/plantes/joubarbe.htm 

 

________

 

Un site consacré aux joubarbes : Sempervivophilia

 

Illustration_Sempervivum_tectorum0

Illustration Wikipédia

 

________

 

à suivre, au fil de la floraison…

« Quand la joubarbe se fait désirer »

BLOG-DSC_0894-fleur joubarbe cadre

 

- Pyla sur Mer, Au sujet du blog, BASSIN D'ARCACHON, Sport

Les parapentes sont de retour !

 

Quelques photos assez anciennes de sports de saison, hors saison (la plus belle !) .

L’album avait  disparu du blog, cette galerie le remplace. J’avais juste envie de savourer l’air marin SANS les parfums d’ambre solaire ni les bouchons sur la route !!

 

BLOG--DSC_204-parapente, banc d'Arguin, océan

 Sur la dune, face au banc d’Arguin et à l’Océan

 

blog-dsc_0205-parapente-et-bateaux-banc-darguin.jpg

Toutes voiles dehors au Pyla (30 Octobre 2007)

 

________

 

Prochainement, toutes les photos du vol en ULM (Février 2009)