« Pousse-toi de là, que je m’y mette… »

 .

Bien-sûr, on le sait que l’immobilier, la plaisance et le tourisme détrônent peu à peu l’activité première et traditionnelle du Bassin, et rapportent sans doute davantage aux collectivités locales ; mais les méthodes de certains promoteurs (avec la bénédiction de l’Etat et de nos élus) pour s’engouffrer dans la brèche sont pour le moins radicales…

 .

BLOG-DSC_7017-panneau 4 villas de standing

L’avenir de l’ostréiculture sur le Bassin…  😕

.

9 réactions sur “« Pousse-toi de là, que je m’y mette… »

  1. Bah pour ma part, je trouve ça scandaleux ! Ce n’est pas en construisant à tout va que l’on va pouvoir préserver nos espèces animales, nos espèces végétales… Que va devenir tout cela si on leur enlève leur environnement, si on leur saccage tout ça ?! Pfff, tu l’auras bien compris, ça me déçoit beaucoup 😦 😥

  2. Par endroits, vis à vis de la loi littorale, on est plus royaliste que le roi, allant par exemple jusqu’à vouloir démolir des petits cabanons, d’accord pas toujours esthétiques (sans intérêt, fiscalement, surtout !) mais qui reflètent une époque et un mode de vie (je pense à ceux des calanques de Marseille) ; et à côté de ça, on accepte que surgissent des trucs mastoques… mais qui font rentrer plein de sous dans plein de caisses !! 😕 De quoi bondir.

  3. Pour les calanques de Marseille, je sais pas mais pour ceux de la plage de Beauduc en Camargue je suis au courant. Un vrai scandale! Des gens qui étaient installés là depuis des années, et puis tout à coup devenus indésirables, pollueurs de paysage, etc…ne dit-on pas que quand on veut tuer son chien, on dit qu’il a la rage! Des intérêts financiers non visibles(eux) doivent bien plus certainement y être pour quelque chose!

  4. beaucoup de ces images me revoltent. il y a quelques temps j’ai fait une virée dans une petite ville (certains diront village)à quelquers encablures de Bordeaux, Saint Macaire, avec son entree de ville et ses portes et muraille moyennageuses, et à l’ebntree en plein nez , l’antenne en pvc et baie vitree et pleiune d’affiches d’offres allechantes d’achats et de ventes.

    • Bien la peine de se gargariser avec les journées du Patrimoines, les 363 autres jours de l’année, celui-ci est allègrement dédaigné, voire massacré.

      Sur le Bassin, le danger vient de l’Etat lui-même et de nos élus de tous bords, puisque les exploitations ostréicoles sont toutes sur le domaine public maritime et qu’à tout moment, l’Etat peut rétrocéder des terrains, se fichant éperdument de la loi littorale si on brandit quelques euros sous son nez.
      Tout le monde le sait, c’est de plus en plus flagrant, mais que faire ? 😕

  5. Pingback: Pousse-toi de là que je m’y mette (épilogue) « Du côté du Teich

Si vous souhaitez laisser un mot...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s