100 ans et 80 ans, ça se fête… dans les airs !

.
100 ans pour la Base Aérienne 120 de Cazaux, 80 ans pour l’Armée de l’Air.
Et deux journées de meeting le week-end dernier.

.

Meeting aérien Cazaux 22 Juin 2014.
ooOoo
.
Reportage de Philippe Galland, TVBA :
.

La Teste : la base de Cazaux, a fêté brillamment les 80 ans de l’armée de l’air. from televisionbassinarcachon on Vimeo.

« C’est un remarquable meeting qui a été proposé à la BA 120, pour fêter le centenaire de l’armée de l’air. Et si le samedi était réservé aux officiels, le dimanche était ouvert au grand public qui n’a pas laissé passer pareille occasion, puisque l’on dénombrait plus de 50 000 visiteurs en fin d’après midi. Un superbe ballet aérien dans le ciel du Bassin, de nombreuses animations et une organisation parfaite ont ajouté à l’ambiance festive qui se dégageait tout au long des pistes. Des images et des réactions glanées durant la journée. »

.

ooOoo

.

Reportage France 2

.

ooOoo

En savoir + sur ce meeting des 80 ans :

.

1934-2014-80 ans Armée de l'AirSite 80 ans Armée de l'Air

80 ans de l’Armée de l’Air… et 100 ans d’aviation militaire

Meeting 80 ans AA Cazaux 2014 - site officiel

« clic » pour accès au site + lien vers replay A2

 .

ooOoo

.

Et comme j’ai des scrupules à ne pas y être allée et des regrets pour la séance-photo ratée, je vous invite à voir le beau reportage de Sophie Juby, blogueuse Ferret-Capienne.

.

Spotter Day à la base de Cazaux :
immersion totale dans le monde des Fanas de l’aviation

en-tête article Sophie Juby meeting Cazaux 2014Lire la suite et voir autres photos…

.

La nécropole nationale de la Teste de Buch et la stèle des Américains

 

Pour les cérémonies de commémoration de l’Armistice du 11 Novembre, à la Teste de Buch, un hommage a été rendu aux tirailleurs Sénégalais et aux soldats des forces expéditionnaires américaines  morts au camp du Courneau pendant la première guerre mondiale.

 

________

 

940 soldats Sénégalais et 12 soldats Russes reposent à la Nécropole Nationale du Natus, à la Teste de Buch. Ces soldats sont décédés sur le site, dans un camp militaire appelé « Camp du Courneau », installé par l’armée en 1916, près de Cazaux.
Ce camp comprenait 400 baraques en bois et un hôpital d’une capacité de 950 lits. Il pouvait abriter 20.000 personnes et était destiné à la formation des soldats et à leur repos.

La date du 23 août a été choisie comme journée nationale du tirailleur par le président de la république sénégalaise, M.Abddoulaye Wade, en commémoration du 23 août 1944, date de la libération de Toulon par le 6ème régiment des tirailleurs sénégalais.

  

clic sur image pour lire présentation nécropole la Teste de Buch

BLOG-DSC_0175-rec-nécropole nationale la Teste de Buch

BLOG-DSC_0177-monument nécropole la Teste

Nécropole du Natus

 

________

 

A proximité immédiate de la nécropole, en bordure de  la route forestière, une stèle rend hommage aux 87 soldats des forces expéditionnaires américaines, qui ont également péri au Courneau. 

 

BLOG-DSC_0181-cimetière 29 Américains 14-18 la Teste

BLOG-DSC_0178-cimetière 29 Américains 14-18 la Teste

BLOG-DSC_0179-cimetière 29 Américains 14-18 la Teste

 Stèle des Américains

 

 ______________________________________________

  

En savoir+ sur cette période de notre histoire :

 » 1914-1918 Le Bassin d’Arcachon « 

 

 ______________________________________________

 

 

 PAGE WEB DE FRANCE-INFO

  

Les tirailleurs oubliés de Gironde

France Info – 06:00

 

A La Teste de Buch, en Gironde, un camp d’ « hivernage » a accueilli jusqu’en 1917 près de 25.000 soldats dont 18.000 tirailleurs sénégalais. Un millier d’hommes de la « troupe coloniale » a péri dans ce camp du Courneau, où les conditions d’hébergement étaient particulièrement difficiles. Enquête sur cette page oubliée de l’histoire de la Grande guerre…

 

montage_monuments-640 France-info

L’ossuaire de Natus, seule trace visible de l’existence de ce camp, et les tombes de tirailleurs sénégalais
© RADIO FRANCE / Grégory Philipps

 
Il ne reste plus qu’un simple monument aux morts en pleine forêt entre Cazaux et la Teste de Buch, et un ossuaire qui regroupe ici les dépouilles de 940 tirailleurs sénégalais. Hormis ce monument, plus aucune trace de ce camp du Courneau. Les derniers vestiges ont été détruits.

Dans la région, certains habitants parlent encore de « la route des sénégalais » pour décrire une piste forestière qui passe par là, mais sans savoir pour quelle raison elle a été rebaptisée ainsi. C’est d’ailleurs pour réparer cet oubli que depuis dix ans l’Union des Travailleurs Sénégalais vient chaque 11 novembre sur les lieux pour se souvenir de ces tirailleurs oubliés.

 

Un camp grand comme une ville

 

union-316 France-info

 Des membres de l’Union des travailleurs sénégalais, devant l’ossuaire de Natus
RADIO FRANCE / Grégory Philipps

 

C’est en avril 1916 que l’état major fait ériger ce camp du Courneau, pour « hiverner » les troupes coloniales. Ces soldats venus d’Afrique ou d’Indochine ne supportent pas les grands froids. On choisit donc de les « parquer » dans au moins deux campements : celui de Fréjus/Saint-Raphaël et celui du Courneau, en pleine forêt d’Aquitaine.

A l’époque, le camp s’étale sur un terrain de deux kilomètres de long sur un kilomètre de large. Quelque 400 baraques « Adrian » et un hôpital d’un millier de lits sont construits sur des marais insalubres que l’armée, à l’époque, ne parvient pas à assécher. Les conditions de vie au Courneau sont particulièrement déplorables.
Blaise N’diaye, le premier député d’origine africaine, exige la fermeture du campement dès décembre 1916. Les derniers tirailleurs quitteront les lieux en aout 1917. Mais près d’un millier de sénégalais n’ont pas survécu dans cette forêt humide et inhospitalière.

 

Des oubliés de la République

 


fall_simon-316 France-info

Mar Fall, membre de l’union des travailleurs sénégalais
et l’ancien rugbyman Serge Simon, qui prépare un documentaire consacré au Courneau
RADIO FRANCE / Grégory Philipps

 

Aujourd’hui, l’ex-international de rugby Serge Simon prépare un documentaire télévisé sur l’existence du camp. L’Union des travailleurs sénégalais y organise ce 11 novembre une cérémonie.

Mais au-delà de l’histoire de Courneau, un autre combat est engagé pour obtenir la revalorisation des pensions de ceux qui ont combattu lors de la seconde guerre mondiale. Le président de la région Aquitaine et député socialiste de la Gironde Alain Rousset a déposé il y a un an une nouvelle proposition de loi pour obtenir la décristallation complète des pensions et retraite militaire des anciens combattants de la troupe coloniale. Aujourd’hui encore, les anciens tirailleurs sénégalais touchent des pensions huit à dix fois moindres que celles des anciens combattants français.

 
Grégory Philipps
Page web éditée par Gilles Halais
 
  
 
  ______________________________________________
 
  

PAGE WEB DE L’EXPRESS.FR

 

Hommage aux tirailleurs sénégalais dans le Sud-ouest

BORDEAUX (AFP) – 11.11.2009 20:14

 

En pleine célébration en France de l’armistice de la guerre de 1914-1918, une cérémonie s’est déroulée mercredi près de Bordeaux (sud-ouest), en hommage aux tirailleurs sénégalais qui ont combattu pour la France pendant la « Grande guerre ».

 

 
afp-photo-221768 
Des officiers devant le Mémorial dédié aux tirailleurs sénégalais morts en 1916 et 1917,
le 11 novembre 2009 à La Teste de Buch (Gironde)
AFP – Pierre Andrieu
 

photo_1257970337364-1-0

Des Sénégalais quittent la cérémonie de commémoration des tirailleurs morts en 1916 et 1917
à la Teste-de-Buch, le 11 novembre 2009
AFP – Pierre Andrieu

 

Organisée par l’Union des travailleurs sénégalais du département de la Gironde, la cérémonie a rassemblé des officiels et des représentants de la communauté sénégalaise.

 Elle a eu lieu sur le site de l’ancien camp du Courneau où, en 1916 et 1917, près de 18.000 tirailleurs sénégalais furent hébergés pendant l’hiver avant d’aller ensuite combattre sur le front plus au nord.

 Parmi ces tirailleurs sénégalais, 940 sont morts dans ce camp. Des décès qui seraient dus principalement aux maladies provoquées par la très forte humidité régnant dans les baraquements installés au milieu de la forêt.

« C’est un devoir de mémoire, il ne faut pas oublier les tirailleurs sénégalais », venus du Sénégal, Mali, Burkina, Tchad, Guinée, a rappelé à l’AFP Maka Mbaye, organisateur de cette journée de commémoration.

 Le camp du Courneau a servi, durant quatorze mois en 1916 et 1917, de base arrière où étaient envoyés pendant l’hiver ces combattants qui ne supportaient pas les rudes conditions climatiques du front. Un autre camp existait dans le Var, à Fréjus (sud-est), sur la Méditerranée.

 Une cérémonie à leur mémoire a lieu depuis une dizaine d’années mais c’est la première fois qu’elle a pu se dérouler sur le site même de l’ancien camp, grâce à une autorisation de la base militaire de Cazaux.

 L’Union des travailleurs sénégalais a profité de cette occasion pour rappeler son combat pour la « décristallisation » des pensions militaires qui permettrait d’aligner la retraite des anciens combattants des colonies sur celles de leurs homologues français.

 Le député socialiste Alain Rousset, auteur d’une proposition de loi à ce sujet, a rappelé que les anciens tirailleurs sénégalais touchent une pension de l’ordre de 150 euros environ contre 600 euros environ pour les combattants français.

 « Ce n’est pas un devoir de mémoire, c’est un devoir d’histoire et de vérité », a-t-il plaidé.

 © 2009 AFP

 

Couleurs d’été à Cazaux

.

BLOG-DSC_8458-parasol et réverbère plage Cazaux BLOG-DSC_8469-bouée rouge et ponton Cazaux BLOG-DSC_8471-bouées bateau orange Cazaux BLOG-DSC_8474-noeud marin barque bleu roi BLOG-DSC_8480-patchwork ponton Cazaux

Le plein de soleil, cet après-midi

.

United colors of Cazaux !

.

La même en couleurs…

BLOG-DSC_3029-2 arbres en bord de lac

… moins triste !

😛

.

« Sérénitude » !!

.

Je n’ai pas choisi des photos franchement de saison et dynamisantes en ce jour de la St Jean ! La « sombritude » n’est pas mon fort, je ne recommencerai pas !…  😛

.

BLOG-DSC_3029-2 arbres en bord de lac N&B BLOG-DSC_3034-passerelle Cazaux N&B

Cazaux, encore !

.

L’art et l’oseille !…

.

Pour tout l’or du monde…

BLOG-DSC_3032-peinture cabanon lac

Paiement par carte bleue… 

.

Eté minimaliste !

.

BLOG-DSC_3016-réverbère et plageBLOG-DSC_3017-piquet, corde et plageBLOG-DSC_3031-affiche le transat et lac

Même lieu, même jour !…

.