Nature, faune et flore

Agapanthe : ‘y a de l’espoir !

Cette année encore, une floraison bien timide…

Agapanthe, J0 et J+1 !

- Route des vins du Médoc, MEDOC, Nature, faune et flore

Clé des champs à Cussac !

Cussac-Fort-Médoc, le 20 Juillet 2021

Envie de revivre encore un peu cette journée de mardi dernier dans le Médoc ! Un plan, près de l’église Saint-Symphorien indiquait des carrelets (à « la Tuilerie », je crois… d’après une carte de 1888). Difficile de résister à l’appel de la rivière, m’y voilà partie !


Au bord de l’estuaire (pas très loin du Fort-Médoc, ouvrage de Vauban) :

Certains vacanciers sont aux premières loges… Mais je choisirai, en cette journée de canicule, de faire une halte à l’ombre !


Petite route dans les vignes des palus puis vers les pâturages :


Fin de la balade bucolique, tout près du Château Lamothe-Bergeron :

Merci pour vos derniers passages du côté… du Médoc !

😉

- Route des vins du Médoc, MEDOC, Nature, faune et flore

Pas loin des vignes, dans le pré ou sur une ruine…

… avec leurs gros sabots (et leur doux regard) ou à tire-d’ailes

Vers Saint-Yzans-de-Médoc – 1er Juillet 2021

Nature, faune et flore

Carnet rose à l’écurie

Un peu de douceur…

😀

26 Juin 2021

Nature, faune et flore

Le feijoa : pas la joie, encore là, et bien las…

Petit état des lieux du jardin, après deux nuits de grêle cette semaine, dont une vraiment mémorable. Pas de gros dégâts, les fleurs annuelles avaient été mises à l’abri.

Quant au FEIJOA, son triste état n’a rien à voir avec la météo. Manifestement, il ne se plaît pas dans la forêt teichoise… et peut-être aussi en ma compagnie, malgré ma promesse de le remettre sur pieds !

Deux vues de sa descente aux enfers, entre 2019 et ce jour :

ooOoo

Feijoa – Revue horticole 1898

~

Retour en 2013, l’année de sa première floraison… et de tous mes espoirs :

. »L« Le feijoa aussi se fait traiter de tous les noms ! »

… Un peu comme la joubarbe !
😛

.

« Le Feijoa, Goyave-ananas, Goyavier de Montevideo (Feijoa sellowiana, synonymes : Acca sellowiana, Orthostemon sellowianus), aussi appelé Goyavier du Brésil, est un arbuste fruitier de la famille des Myrtacées, originaire d’Amérique du Sud (Colombie, Uruguay, Brésil, Argentine, et Paraguay) et utilisable en haie. On le trouve également maintenant cultivé dans le sud de la Russie (région de Krasnodar, sud du Daghestan), dans le Caucase du sud (en Azerbaïdjan, en Abkhazie), ainsi qu’en Nouvelle-Zélande.

L’arbre à port buissonnant et à croissance lente les premières années peut atteindre 6 m de hauteur. Son tronc, de couleur rougeâtre, est couvert de plaques d’écorce claires.Le feuillage est coriace, persistant, opposé, simple, à revers blanc. Toutes les jeunes pousses sont recouvertes d’une sorte de duvet blanchâtre. La floraison a lieu en juin et juillet. Les fleurs sont superbes, blanches et rouges. Le feijoa peut très bien être cultivé à des fins ornementales. Les pétales de saveur fruitée, sucrée et acidulée sont comestibles et peuvent apporter une note exotique dans les salades.

Les fruits, appelés feijoas, goyaves ananas, goyaves du Brésil ou goyaves de Montevideo, ont la forme d’un kiwi vert et sans poils, avec une peau rugueuse verte qui le reste même à maturité. La pulpe est granuleuse à pépins avec un goût légèrement acidulé et un arôme délicieux rappelant l’ananas, la goyave et la fraise. La chair est riche en vitamine B et en vitamine C.

Le botaniste allemand Otto Karl Berg a nommé le Feijoa en hommage au naturaliste brésilien João da Silva Feijó. »

(source Wikipédia – lire la suite)

.

ooOoo

.

Pour la petite histoire, le feijoa fait un peu partie de mes (lointains !) souvenirs d’enfance puisqu’il y en avait un, en pleine terre et bien touffu, sous le balcon de ma chambre, au Maroc.

L’actuel (le Teichois !), acheté il y a une bonne dizaine d’années, végétait jusqu’à l’an dernier où je l’avais taillé et rempoté, et s’est ENFIN décidé à fleurir aujourd’hui !!  (tiens, voilà qui rappelle encore l’histoire de la joubarbe !…). J’espère que les fruits parviendront à maturité, car j’avoue n’en avoir jamais goûté.

.

BLOG-DSC_23110-fleur feijoa
BLOG-DSC_23123-fleurs feijoa
BLOG-DSC_23114-fleur feijoa 2
BLOG-DSC_23118-éclosion fleur feijoa
BLOG-DSC_23109-éclosion fleur feijoa
BLOG-DSC_23120-bouton feijoa

Eclosion des boutons de feijoa en moins de 24 heuresle 9 Juillet 2013

Nature, faune et flore

Coquelicot de l’estuaire

L’incontournable de la saison. Mais bien seul… Tant pis pour le grand « bokeh » tout rouge que j’aimerais tant « cueillir » à nouveau !

😉

Coquelicot et herbes folles au port de Saint-Julien – le 10 Juin 2021

2 - BASSIN D'ARCACHON, AUDENGE, Nature, faune et flore

Il suffira de dix cygnes…

Il suffira de dix cygnes… et d’une très brève éclaircie, pour rendre ces quelques minutes merveilleuses !

Audenge, ce 18 Mai 2021

ooOoo

Rappelons que du 19 au 23 Mai a lieu la 15ème édition de la Fête de la nature

Nature, faune et flore

C’est César qui m’envoie… (Mission hérisson)

Lundi 17 Mai 2021 – On a frôlé la catastrophe, cet après-midi, avenue de Césarée, à Gujan-Mestras : la disparition d’un hérisson suicidaire traversant hors des clous, entre le cimetière et les abords de la clinique vétérinaire (si si, ça ne s’invente pas !!…) et celle d’une automobiliste Teichoise, freinant net et faisant signe aux autres voitures d’en faire autant, pour pouvoir porter secours à la bestiole ! Bestiole très docile au poil à peine hérissé, qui a semblé sensible à la douceur du foulard dans lequel elle avait trouvé refuge…

Les deux vétérinaires de Gujan, bien qu’à l’écoute, ont rappelé qu’elles n’étaient pas habilitées à soigner « la faune sauvage », ceci étant de la compétence du Centre de soins de la LPO, à Audenge, au domaine de Certes.

César – ou Césarine ? – rescapé(e) de l’avenue de Césarée, ne semblant ni blessé(e) ni infesté(e) de puces ou tiques, a été installé(e) dans une panière à linge avec quelques croquettes et de l’eau, appréciées. Il (elle) a ensuite fugué pour explorer un peu le jardin avant de piquer un roupillon dans un « nid » de feuillages, recouvert d’un abri en carton.

Mardi 18 Mai, 07h00 – César(ine), retrouvé(e) recroquevillé(e) au même endroit qu’hier à la tombée de la nuit, sera finalement amené(e) au Centre de soins qui le (la) gardera en observation.

Affaire à suivre (par mail, avec le n° d’admission) … en espérant que tout aille bien.

ooOoo

Conseils de la LPO (pour se sentir un peu moins démunis dans pareilles circonstances) :

ooOoo

César (ou Césarine), rescapé(e) de l’avenue de Césarée :

Hérisson d’Europe, dans un jardin du Teich – ce lundi 17 Mai 2021

ooOoo

2 juin : réponse du Centre de Soins, mauvaise nouvelle…

« Merci de votre intérêt pour la faune sauvage, et d’avoir agi pour que la prise en charge de cette jeune femelle hérisson se fasse le plus rapidement possible.

Malheureusement nous n’avons pas de bonnes nouvelles à vous annoncer.

L’animal était arrivé au centre en raison d’un affaiblissement généralisé de son état.  Cet épuisement était renforcé par le fait qu’il était infesté de tiques et que les mouches avaient déjà pondu sur lui, entraînant l’éclosion d’asticots. Dès son arrivée, il a été placé en soins intensifs afin de stabiliser son état et entièrement déparasité, mais cela n’a malheureusement pas suffi.

Celui-ci est malheureusement décédé des suites de son état.

Merci d’avoir néanmoins fait tout votre possible pour lui offrir une seconde chance. »

😦

ooOoo

J’avais reçu quelques jours auparavant la newsletter Mai-Juin de la Mission Hérisson, pour apprendre à mieux connaître et protéger ce petit animal malheureusement menacé.

Je vous redonne le lien vers le site : https://missionherisson.org/

- Un peu partout au Teich, 2 - BASSIN D'ARCACHON, LE TEICH, Nature, faune et flore

Chèvrefeuille dans les plaines

On a franchi la passerelle, on s’est mis au vert (et au parfum !)…

(encore des fonds de tiroirs, le temps manquant pour de nouvelles images)

Plaines du Teich – 24 Juin 2020

Nature, faune et flore

Fougère sans-gêne !

Bien que je ne sois pas du tout branchée « paillettes et confettis », ces crosses de fougères, impatientes de se déployer, me font penser à ces sifflets sans-gêne (langues de belles-mères) que tout bon fêtard se doit, lui, d’avoir à sa panoplie !

Ni sono, ni feu d’artifice, ni foule en délire, juste une petite balade en forêt, dans une brise légère et au chant des oiseaux !…

🙂

Crosses de fougères – Le Teich, Mai 2020 et Avril 2021