Architecture

Porte close et fenêtre ouverte, en lisière de bois

(2 photos)

blog-dsc_47245-chc3a2teau-nb1.jpg
blog-dsc_47261-2-chc3a2teau-nb.jpg

Au fil d’une balade, quelque part en Gironde – 20 Août 2019

 

- Un peu partout au Teich, Agenda, actualité, manifestations diverses, Architecture, LE TEICH

Le Teich : « Comme un tramway » vers la petite forêt !

Le Teich, comme plusieurs communes du Bassin, va bientôt inaugurer un pôle d’échanges multimodal, qui a pour vocation de faciliter l’accès à la gare aux différents moyens de locomotion et de simplifier l’utilisation des transports en commun.

Nom de code du projet : « Comme un tramway » !

Un grand parvis circulaire s’étend désormais vers le sud de la voie ferrée, et s’ouvre sur un quartier en plein développement, à l’emplacement de l’ancienne usine Beynel, domaine de la petite forêt, où une nouvelle résidence, Arboréa, est en construction.

Quelques images de ces chantiers sud, avant de vous présenter, dans quelques semaines, le pôle… Nord !

 

blog-dsc_46669-715-bannière-chantier-arboréa-et-pôle-multimodal-gare-le-teich.jpgblog-dsc_46669-chantier-arborc3a9a-le-teich.jpgblog-dsc_46705-chantier-arborc3a9a-et-pc3b4le-multimodal-le-teich.jpg blog-dsc_46707-chantier-arborc3a9a-et-pc3b4le-multimodal-gare-le-teich.jpg

blog-dsc_46681-gare-le-teich-et-chantier-pôle-multimodal.jpgblog-dsc_46687-gare-le-teich-et-chantier-pôle-multimodal.jpg
La gare et les futurs pôle multimodal et résidence Arboréa
Le Teich, le 26 Mai 2019

 

ooOoo

 

En savoir + sur le pôle multimodal
et la résidence Arboréa, domaine de la petite forêt

 

Magazine de la ville du Teich (Octobre 2018) et article TVBA (3 Novembre 2018) :

leteich-mag64-14-15-octobre-2018-pc3b4le-c3a9changes-multimodal-gare-le-teich.jpg      tvba-lancement-des-travaux-du-pôle-d'échange-multimodal-de-la-gare-du-teich.jpg

 

La résidence Arboréa (source Agence Vacher) – Livraison Juin 2020

Résidence Arboréa - le Teich - Juin 2020

Architecture, LANTON, CASSY, TAUSSAT

Taussat : Saint-Louis, tout de verre et de rouge !

 

blog-dsc_46508-2-chapelle-saint-louis-taussat.jpgA la demande d’Eugène Ernest De Courcy (dont le père, Jacques François Le Cousturier de Courcy, a acquis le domaine de Taussat en 1830), une chapelle est construite à Taussat (1860). Celle d’aujourd’hui est la troisième version. En effet, la première, jugée trop petite, est totalement refaite en 1949. N’étant toujours pas assez grande, elle est de nouveau remaniée et agrandie au bout de plusieurs années de récolte de fonds privés. La version actuelle a été terminée en 1963. Les beaux vitraux (*) qui ornent ce monument ont été élaborés par Monsieur Mirande, maître émailleur bordelais.

(source : gironde-tourisme.fr – A la rencontre des belles villas de Taussat-les-Bains)

(*) les vitraux du choeur (ci-dessous), du transept gauche et du transept droit ont été réalisés en 1976, 1978 et 1980

 

 

blog-dsc_46511-2-chapelle-saint-louis-taussat.jpg blog-dsc_46509-chapelle-saint-louis-taussat.jpg

Vitraux de Raymond Mirande (choeur, 1976)
Chapelle Saint-Louis de Taussat (1949 à 1963)
le 20 Mai 2019

 

- Pauillac, - Route des vins du Médoc, Architecture, MEDOC

Pauillac : une halte, trois châteaux !

Pour clore cette série dans le prestigieux vignoble du Médoc, quelques vues supplémentaires de Pichon Baron et de deux domaines voisins  : Pichon Comtesse et Latour.

Le domaine de Latour a été fondé en 1331 (voir son histoire)

En 1689, son régisseur, Pierre Desmezures de Rauzan, achète des vignes voisines qui entrent dans la dot de sa fille Thérèse lorsqu’elle épouse le Baron Jacques Pichon de Longueville en 1694 (date de la fondation du domaine de Pichon Longueville).

En 1850, le domaine Pichon Longueville est divisé en 2 parties. Celle revenant au Baron Raoul Pichon de Longueville, donnera naissance au domaine de Pichon Baron (voir précédent article). La seconde reviendra à ses trois soeurs, qui donnera le domaine Pichon Comtesse.

 

ooOoo

 

Château Latour

Site officiel Château Latour

Le château Latour, fondé en 1331, est un domaine viticole de 90 ha situé dans le Haut-Médoc sur la commune de Pauillac, produisant du vin sous l’appellation du même nom. C’est un premier grand cru classé de Bordeaux selon la classification officielle des vins de Bordeaux de 1855. Il partage cette rare distinction avec le Château Margaux, le Château Lafite Rothschild, le Château Mouton Rothschild et le Château Haut-Brion.
(…) Il est devenu en 1993 la copropriété de la holding Artémis1 de François Pinault, qui détient 149 parts sur 155.
(…) Depuis octobre 2018, le domaine est le premier des premiers grands crus classés en 1855 du Médoc à obtenir la certification intégrale de son vignoble en bio

(source wikipédia – en savoir +)

blog-dsc_43838-domaine-château-latour-5-avril-2018-nc.jpg

 

Château Pichon Baron :

Site officiel Château Pichon Baron

Château Pichon Baron est un domaine viticole de 73 ha situé à Pauillac, en Gironde. Son vin, en appellation Pauillac, est classé deuxième grand cru dans la classification officielle des vins de Bordeaux de 1855.

(lire la suite et voir autres photos)

BLOG-DSC_46379-2-château Pichon Baron N&BBLOG-DSC_46382-château Pichon Baron N&CBLOG-DSC_46381-1-château Pichon Baron N&C2 BLOG-DSC_46384-rosiers N&CBLOG-DSC_46388-2-château Pichon Baron 550 N&CBLOG-DSC_46392-château Pichon Baron N&BBLOG-DSC_46407-château Pichon Baron N&C

 

Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande :

Site officiel Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande

Le vignoble de Pichon-Longueville Comtesse de Lalande, classé deuxième grand cru s’étend sur 85 hectares. Il fait figure d’exception au sein de l’appellation Pauillac car 11 hectares se trouvent sur la commune de Saint-Julien. (…)

En 1850, Virginie de Pichon Longueville, Comtesse de Lalande par son mariage, hérite ainsi que ses deux sœurs des 3/5ème du vignoble de leur père, qui portera quelques années plus tard le nom de château Pichon Longueville Comtesse de Lalande.

En 1978, May-Eliane de Lencquesaing reçoit à son tour ce beau domaine et s’y consacre totalement. Elle donne à ce cru une renommée internationale due à une qualité constante et une dynamique incontestable. (…)

La Maison de Champagne Louis Roederer, qui en est devenue propriétaire en 2007, assure la continuité de l’esprit des femmes qui ont vinifié ces vins depuis de multiples décennies. (…)

(source lefigaro.fr – en savoir +)

BLOG-DSC_46413-Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande N&CBLOG-DSC_46418-Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande N&B

- Route des vins du Médoc, Architecture, MEDOC

Au (sacré) coeur des vignes de Calon-Ségur

 

La chapelle funéraire a été construite dans la deuxième moitié du XXème siècle pour la famille Gasqueton, propriétaire du Château Calon-Ségur. (…)

Elle est située au milieu des vignes. (…)

(source Inventaire Général du Patrimoine Culturel –en savoir +)

 

 

BLOG-P4301409-chapelle Calon Ségur N&C2BLOG-P4301395-2-chapelle Calon Ségur N&C

BLOG-DSC_46438-chapelle Calon Ségur N&CBLOG-P4301404-chapelle Calon Ségur N&CBLOG-P4301406-chapelle Calon Ségur N&CBLOG-P4301405-chapelle Calon SégurBLOG-P4301412-chapelle Calon Ségur N&C
Chapelle du domaine Calon-Ségur
St Estèphe, le 30 Avril 2019

 

- Pauillac, - Route des vins du Médoc, Architecture, MEDOC

Château Pichon Baron : miroir et dépendances

 

Château Pichon Baron (ou Pichon-Longueville) est un domaine viticole de 73 ha situé à Pauillac en Gironde. Son vin, en appellation Pauillac, est classé deuxième grand cru dans la classification officielle des vins de Bordeaux de 1855.

Composé de 65% de cabernet-sauvignon, 30% de merlot, 3% de cabernet franc et 2% de petit verdot, le vaste vignoble de Pichon Baron, dont les ceps ont 35 ans de moyenne d’âge, a donné lieu à un minutieux découpage des parcelles. Façonnée telle une pièce d’orfèvrerie, chaque parcelle bénéficie d’un travail précis et adapté à son profil.

Le grand terroir de la butte de Pichon Baron, parcelle historique du domaine, déjà en production à la création du cru en 1694, est uniquement consacré à la production du Grand Vin et représente aujourd’hui la majeure partie de son assemblage.

Le domaine de Pichon Baron produit également deux seconds vins issus des autres parcelles de son vignoble : Les Tourelles de Longueville et les Griffons de Pichon Baron.

 

L’histoire du domaine :

1689 : Pierre Desmezures de Rauzan, grand négociant en vins et régisseur des prestigieux domaines de Latour et de Margaux, achète des vignes situées à côté du domaine de Latour, pour y créer l’Enclos Rauzan.
Ces vignes entrent dans la dot de sa fille Thérèse lorsqu’elle épouse le Baron Jacques Pichon de Longueville en 1694, date de la fondation du domaine de Pichon Longueville. Ainsi naît un grand domaine, qui restera dans la famille pendant plusieurs générations, et dont la réputation ne se démentira pas.

1850 : la propriété est divisée en 2 parties. Celle revenant au Baron Raoul Pichon de Longueville, donnera naissance au domaine de Pichon Baron. La seconde reviendra à ses trois soeurs, qui donnera le domaine Pichon Comtesse.

1851 : le Baron Raoul fait construire le majestueux château que nous connaissons aujourd’hui.

1855 : à l’occasion de l’exposition universelle, le vin est sacré 2e Grand Cru Classé, selon la classification demandée par l’Empereur Napoléon III, qui souhaitait y mettre à l’honneur les grands vins de Bordeaux.

1933 : la famille Pichon de Longueville vend la propriété à la famille Bouteiller, qui pendant plus de 50 ans, administra Château Pichon Baron.

1987 : rachat par AXA Millésimes.

1988 : Le Centre Georges-Pompidou lance un projet pour le redéploiement architectural du domaine (reconstruction complète du cuvier et du chai, rénovation du château) ; le lauréat est l’architecte Jean de Gastines, avec un associé Patrick Dillon
voir photos du chai, ci-dessous)

Depuis lors, le château du XIXème est magnifié par un miroir d’eau qui s’étend à ses pieds. Et sous ses reflets argentés se cache depuis 2008, un chai enterré

(Sources : Wikipédia et site officiel de Château Pichon Baron)

 

En savoir + :

Site officiel de château Pichon Baron

Site officiel château Pichon Baron

 

ooOoo

 

Le chai, avec une signature contemporaine qui ne laisse pas indifférents !

(Le château du XIXème méritera une autre visite,
à la lumière du matin et sans brise sur le miroir d’eau…)

BLOG-DSC_46396-château Pichon Baron

BLOG-DSC_46399-château Pichon Baron

Ce diaporama nécessite JavaScript.

BLOG-DSC_46397-château Pichon Baron

Chai du château Pichon Baron (Pauillac), le 30 Avril 2019

 

Architecture, Belin-Béliet

Saint-Pierre de Mons : au portail et au pied du mur

 

En ce 15 Avril 2019, où tous les regards sont tournés avec tristesse vers Notre-Dame de Paris, petit moment de quiétude et d’insouciance à l’église Saint-Pierre de Mons…

 

BLOG-DSC_46192-pomme de pin mur église St Pierre de MonsBLOG-DSC_46191-lierre mur église St Pierre de MonsBLOG-DSC_46180-mur cimetière église St Pierre de MonsBLOG-DSC_46186-2-portail église St Pierre de Mons 550BLOG-DSC_46187-portail cimetière église St Pierre de MonsBLOG-DSC_46186-portail église St Pierre de Mons

Eglise Saint-Pierre de Mons, Belin-Béliet

 

- Route des vins du Médoc, Architecture, MEDOC

Saint-Estèphe : entre barriques et baroque !

Saint-Estèphe, un nom évocateur pour les amateurs de bons vins… Mais il sera tout au plus question, ici,  de vin de messe, le style baroque de l’église Saint-Etienne valant autant le détour que les barriques des châteaux voisins !

 

L’église de Saint-Estèphe

BLOG-DSC_46008-St Etienne de St Estephe NC blog-dsc_46075-st-etienne-de-st-estephe-nc-1.jpg

Historique

L’abbé Marc-Antoine Lalanne (1715 -1791), demeuré célèbre par son zèle aspostolique, fut nommé curé Saint-Estèphe en 1751 et décida d’ériger pour ses fidèles un édifice aussi noble que possible. Il reconstruit donc entièrement l’église à partir de 1764 sur les murs de la vieille église romane qui date environ du XIème siècle et dont on peut voir à l’extérieur les vieilles ouvertures. Il la fit somptueusement orner (retables, tableaux, mobilier, etc…) au point d’en faire un des plus beaux ensembles que l’art religieux du XVIIIème siècle ait produits en Gironde.

De nouveaux travaux eurent lieu en 1843, puis vers 1855 l’architecte Duphot édifia le clocher actuel.

Enfin l’installation des stalles (fin XIXème siècle) et des orgues (1892) vint compléter le décor intérieur.

Description

L église se compose d’une nef à transept, terminée par une abside polygonale et précédée, côté ouest, d’un avant-corps à fronton triangulaire, surmonté d’un haut clocher carré. Un lanterneau coiffe ce clocher aux baies décorées de balustres (baies géminées étage).

Les murs de la nef, du transept, de l’abside, sont dépouillés et simplement percés de fenêtres à sommet cintré. Le contraste est grand par rapport à la somptuosité du décor intérieur : la nef, unique et large, encadrée d’une tribune jusqu’au transept, est couverte d’un lambris peint en anse de panier. Les voûtes du chœur et du transept en pierre sont recouvertes de peintures et de stucs.

L’énorme retable central (baroque roman) encadré d’ailes couronnées de balustres aux colonnes corinthiennes de marbre rouge veiné de blanc, est coiffé de volutes renversées couvertes de palmes dorées supportant un baldaquin qui abrite l’Agneau mystique entouré d’angelots. Il est étendu sur une croix et au-dessus, un ange tient le libre où se trouvent inscrites en lettres d’or les paroles : vidi agnum tamquam accisum. Le tableau central (classé) du peintre bordelais Pierre Lacour, figurant la lapidation de Saint Etienne, patron de la paroisse, se raccorde par une agrafe rocaille à une gloire qui la surmonte. Tableaux des ailes : Saint François de Sales (nord) et Saint Jean-François Régis (sud).

La chaire en marbre rouge et gris est richement ouvragée, comme le sont aussi les confessionnaux, le chemin de Croix, sur fond or et dans le baptistère, le tableau en stuc du baptême de Jésus par Jean Baptiste dans les eaux du Jourdain.

De hautes grilles de fer forgé séparent de la nef les chapelles du transept, décorées de deux retables à colonnes de marbre rouge encadrant un tableau et coiffées d’un lourd entablement.

Retable sud : dédié à Saint Clément 1er, dont la présence s’explique par le patronage qu’il exerçait sur les bateliers, fort nombreux autrefois dans la paroisse.

Retable nord : dédié à la vierge, avec un tableau de l’Annonciation d’une grande beauté. A côté, un beau portrait de Sainte Radegonde, reine de France (520-587) fort populaire dans tout le Médoc où, d’après une tradition ancienne, elle aurait souvent séjourné.

Les vitraux, les lustres et leurs cristaux à facettes inondent l’église de lumière.

En dernier, en 1892, une belle tribune sur piliers fut édifiée pour recevoir les orgues Wenner construites par le maître Maille et dont le buffet en bois de Nerva abrite une forêt de 884 tuyaux en vieil étain anglais.

Vous pouvez avoir plus d’information sur l’église de Saint-Estèphe en contactant L’ Association Les Amis du Patrimoine.

(source : mairie de Saint-Estèphe et dépliant de visite guidée)

En savoir + : inventaire général du patrimoine culturel 

 

blog-dsc_46025-annonciation-st-etienne-de-st-estephe.jpgblog-dsc_46033-st-etienne-de-st-estephe.jpgblog-dsc_46032-st-etienne-de-st-estephe.jpgblog-dsc_46034-st-etienne-de-st-estephe.jpgBLOG-DSC_46031-St Etienne de St Estepheblog-dsc_46040-2-st-etienne-de-st-estephe.jpgBLOG-DSC_46045-St Etienne de St Estephe BLOG-DSC_46041-St Etienne de St EstepheBLOG-DSC_46043-St Etienne de St Estephe BLOG-DSC_46042-St Etienne de St Estepheblog-dsc_46026-2-st-etienne-de-st-estephe.jpg BLOG-DSC_46016-St Etienne de St EstepheBLOG-DSC_46036-St Etienne de St Estephe BLOG-DSC_46027-St Etienne de St Estepheblog-p3210897-st-etienne-de-st-estc3a8phe.jpg blog-p3210894-st-etienne-de-st-estc3a8phe.jpgblog-dsc_46038-st-etienne-de-st-estephe.jpg blog-dsc_46039-st-etienne-de-st-estephe.jpgblog-p3210891-st-etienne-de-st-estc3a8phe.jpgblog-dsc_46050-st-etienne-de-st-estephe.jpgblog-dsc_46046-st-etienne-de-st-estephe.jpgblog-p3210893-st-etienne-de-st-estc3a8phe.jpg blog-p3210895-st-etienne-de-st-estc3a8phe.jpg